Takata envisage de se restructurer après une nouvelle perte

mercredi 11 mai 2016 10h37
 

TOKYO, 11 mai (Reuters) - Takata a annoncé mercredi avoir accusé une troisième perte annuelle en quatre ans, en raison des coûts liés au rappel de ses airbags défectueux, et envisage de revoir en profondeur sa division airbags et de céder des actifs non stratégiques.

L'équipementier automobile japonais a engagé une équipe de cinq experts pour le conseiller dans son plan de restructuration qu'il espère pouvoir mettre en place d'ici l'automne.

La société a essuyé une perte nette de 13,1 milliards de yens (105,88 millions d'euros) pour son exercice clos au 31 mars et prévoit un bénéfice net de 13 milliards de yens sur l'exercice en cours.

Elle a toutefois indiqué que cette prévision ne reflétait pas les coûts croissants liés aux rappels massifs de ses airbags, la cause profonde du problème n'ayant toujours pas été découverte.

La sécurité routière américaine a annoncé la semaine dernière le rappel de 40 millions d'airbags supplémentaires, en plus des 50 millions ayant déjà été rappelés dans le monde.

Les airbags Takata sont susceptibles d'exploser et de projeter des fragments de métal dans l'habitacle. Plus de 11 personnes ont été tuées dans le monde dans des accidents liés à ces airbags défectueux.

Le coût des rappels pour Takata a été relativement faible jusqu'à présent, les constructeurs automobiles ayant assumé l'essentiel du fardeau.

Mais la société nippone devrait, selon la plupart des observateurs, se trouver dans l'obligation de prendre en charge une part plus importante de ces coûts, même si on ne sait pas encore dans quelle proportion, dans la mesure où la cause profonde du défaut de ces airbags et la part de responsabilité de la société et des constructeurs restent à établir. (Naomi Tajitsu, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)