PSA-4 diesel sur 15 testés ont affiché des dépassements-dir.R&D

lundi 25 avril 2016 18h28
 

PARIS, 25 avril (Reuters) - PSA Peugeot Citroën a indiqué lundi que sur ses 15 véhicules diesel testés à ce jour par la Commission Royal, quatre avaient affiché des dépassements pour leurs émissions d'oxydes d'azote (NOx) sur certains essais, sans justifier pour autant le rappel des modèles concernés.

"Pour l'ensemble des tests, les résultats sont positifs", a déclaré Gilles Le Borgne, directeur de la Recherche & Développement du groupe, au cours d'une conférence de presse.

Il s'est dit d'autant plus surpris par les perquisitions lancées jeudi dernier par la Direction de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF) sur les quatre sites de R&D du groupe en France.

Jusqu'ici, 52 véhicules pris au hasard ont été testés par la commission technique indépendante mise sur pied à l'automne dernier par la ministre de l'Environnement Ségolène Royal pour tenter de faire la transparence sur les voitures commercialisés en France après le scandale Volkswagen.

Sur les modèles de PSA testés, trois de l'ancienne génération Euro 5 ont affiché sur un des trois tests un dépassement de plus de 10%, que Gilles Le Borgne explique par le choix de critères ne reflétant pas l'optimisation des véhicules du groupe pour les trajets urbains.

Un quatrième a lui aussi légèrement dépassé la limite, mais n'a pas été retenu par la Commission Royal car l'écart était trop faible, a-t-il ajouté.

Sur les diesel de toute dernière génération Euro 6, un véhicule PSA a dépassé l'écart jugé acceptable de cinq fois la norme de 80 milligrammes de NOx par kilomètre sur les tests sur route.

Gilles Le Borgne a qualifié ce résultat d'incompréhensible au vu des performances de modèles similaires, et a demandé au ministère de l'Environnement de refaire le test sur le modèle incriminé, ce que celui-ci a accepté.

Prié de dire si PSA procéderait, comme Renault, à des opérations de recalibration sur certains de ses moteurs, le directeur de la R&D a répondu par la négative.

"Il n'y a aucune raison que nous fassions un rappel parce qu'au contraire nous considérons aujourd'hui que nous avons les systèmes en termes de technologies qui sont les plus évolués", a-t-il déclaré.

La Commission Royal a décidé qu'une centaine de véhicules en tout seront testés d'ici l'été. Les modèles de PSA devraient en représenter une vingtaine. (Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)