La fusion de Johnson Controls et Tyco effective dès octobre

jeudi 21 avril 2016 21h39
 

CHICAGO, 21 avril (Reuters) - L'équipementier automobile Johnson Controls a confirmé jeudi sa fusion avec Tyco International, dont le siège est en Irlande, avec pour objectif de la finaliser le 1er octobre, dans une manoeuvre qui doit diminuer le taux d'imposition du groupe.

Le directeur financier de Johnson Controls, Brian Stief, a déclaré s'attendre à ce que le taux d'imposition de 17% soit maintenu jusqu'à l'exercice fiscal 2017. Il était de 19% avant l'opération de fusion menée avec Tyco.

Le siège des opérations nord-américaines restera à Milwaukee, dans le Wisconsin, mais le siège international du groupe sera désormais en Irlande.

Au début du mois, le département du Trésor américain a annoncé de nouvelles règles renforçant la lutte contre l'"inversion fiscale", mécanisme par lequel des entreprises américaines délocalisent leur siège social dans un pays à taux d'imposition plus bas en achetant une société basée à l'étranger.

Sous l'impulsion du président Barack Obama, ces nouvelles règles ont conduit certains groupes à renoncer à des opérations de ce type, notamment le géant pharmaceutique Pfizer qui a annoncé le 6 avril l'abandon de son projet d'acquisition d'Allergan pour 160 milliards de dollars (140 milliards d'euros).

Annoncée en janvier, la fusion de Johnson Controls avec le spécialiste de la sécurité Tyco a suscité des critiques de la part des candidats à la primaire démocrate Hillary Clinton et Bernie Sanders.

Le groupe a publié jeudi une perte de 530 millions de dollars (470 millions d'euros) pour son deuxième trimestre clos le 31 mars, soit 82 cents par action, liée à des charges non opérationnelles et aux taux de change.

Hors éléments exceptionnels, son bénéfice par action a atteint 86 cents, dépassant de quatre cents l'estimation moyenne des analystes.

Le chiffre d'affaires s'est établi à 9,0 milliards de dollars, contre 9,2 milliards un an plus tôt.   Suite...