Futuren, devenu bénéficiaire en 2015, veut se diversifier

mardi 15 mars 2016 18h00
 

PARIS, 15 mars (Reuters) - Futuren va étudier la possibilité de se développer dans de nouvelles filières renouvelables après avoir enregistré en 2015 le premier bénéfice net de son histoire, a déclaré mardi à Reuters son directeur général Fady Khallouf.

Le producteur indépendant d'électricité d'origine éolienne, ex-Theolia, s'estime en outre bien placé pour participer à une consolidation du marché, sans toutefois préciser sous quelle forme.

"Maintenant que nous avons démontré que notre 'business model' est rentable et que le socle est solide, il est évident que nous allons (...) regarder les créations de valeur dans d'autres formes d'énergie", a dit Fady Khallouf lors d'un entretien par téléphone accordé à Reuters.

"Je ne sais pas si c'est 2016 ou 2017, mais l'intention est de bâtir autour de cette plate-forme qu'est devenue Futuren", a-t-il ajouté.

"Le marché connaîtra une consolidation et je pense que Futuren a tous les ingrédients (...) pour qu'une forme de consolidation se fasse autour d'elle", a également dit Fady Khallouf. "Sous quelle forme ? Croissance externe par M&A, fusion ou partenariat, on verra le moment venu."

Futuren a enregistré au titre de 2015 un bénéfice net part du groupe de 1,97 million d'euros (contre une perte de 25,2 millions en 2014), un Ebitda de 34,5 millions (+30% en données retraitées) et un chiffre d'affaires de 59,2 millions (-1,9% en données retraitées).

Créée en 1999, introduite en Bourse en 2002 et au bord de la faillite il y a six ans, la société n'a dégagé un résultat positif qu'au cours d'un seul exercice, en 2010, sous l'effet mécanique d'une restructuration de sa dette.

Futuren a confirmé son objectif de doubler à court terme sa capacité éolienne installée en France et au Maroc. Egalement présent en Allemagne et en Italie, le groupe exploite au total 732 mégawatts (MW) pour compte propre et compte de tiers. (Benjamin Mallet, édité par Dominique Rodriguez)