July 28, 2015 / 2:50 PM / in 2 years

BP se voit moins vulnérable après son accord aux Etats-Unis

3 MINUTES DE LECTURE

(Rpt avec lien BreakingViews)

LONDRES, 28 juillet (Reuters) - BP est moins susceptible de faire l'objet d'une offre de rachat après l'accord de 18,7 milliards de dollars (17 milliards d'euros) qu'il a conclu avec les autorités américaines pour régler le litige concernant la marée noire de 2010 dans le golfe du Mexique, a déclaré mardi son directeur général Bob Dudley.

Des rumeurs ont couru ces derniers mois décrivant la compagnie pétrolière comme une cible potentielle pour ses concurrents, incitant le gouvernement britannique à afficher son opposition à toute offre hostile.

Certains analystes ont estimé que BP constituait une cible encore plus attirante après que le groupe a fait état au début du mois de l'accord conclu avec les autorités américaines.

Mais Bob Dudley a cherché à couper court aux spéculations.

"Du fait de l'accord conclu aux Etats-Unis, il apparaît en fait moins probable que quelqu'un veuille acquérir BP et une mise en vente de la compagnie ne figure certainement pas dans nos intentions", a-t-il déclaré à la presse après la publication des résultats deu deuxième trimestre.

L'activité de fusion-acquisition a été relancée dans le secteur de l'énergie, les entreprises voyant leur valeur boursière diminuer avec la baisse des cours du pétrole. Royal Dutch Shell a ainsi racheté BG Group pour 47 milliards de livres (64,3 milliards d'euros) en avril dernier.

L'explosion survenue le 20 avril 2010 sur la plate-forme Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique a fait 11 morts et provoqué pendant près de trois mois une fuite à l'origine d'une marée noire sur le littoral de plusieurs Etats du sud des Etats-Unis.

Le titre BP se traite toujours environ 35% en deçà de sa valeur avant cette catastrophe.

Vers 14h30 GMT, il progresse de 1,4% à la Bourse de Londres, surperformant l'indice européen de l'énergie qui avance de 0,9% au même moment.

Le géant pétrolier a fait état mardi d'un résultat ajusté du deuxième trimestre en net recul et inférieur aux attentes sous l'effet de la lourde charge liée à l'accord conclu aux Etats-Unis mais les investisseurs ont bien réagi à l'annonce d'une diminution de ses investissements.

Voir aussi : BREAKINGVIEWS-BP is making the best of a bad situation

Ron Bousso; Myriam Rivet pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below