Parkeon (billettique) publie pour la première fois ses résultats

jeudi 28 mai 2015 09h10
 

PARIS, 28 mai (Reuters) - Parkeon a publié jeudi pour la première fois ses résultats financiers, dont le spécialiste des solutions de billettique estime qu'ils confortent sa stratégie de croissance.

L'entreprise, scindée en 2003 de Schlumberger lorsque celui-ci s'est recentré sur les services pétroliers, appartient aujourd'hui à deux fonds d'investissement, le britannique ICG (Intermediate Capital Group) et l'américain American Capital via sa filiale European Capital.

Parkeon a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 196 millions d'euros, en hausse de 6%, et un Ebitda de 31 millions (+72%). Pour 2015, quatrième année consécutive de croissance, le groupe vise une hausse de plus de 10% de son chiffre d'affaires et de plus de 30% de son Ebitda.

"C'est la première année que nous publions publiquement parce que nous pensons qu'il est important de montrer que nous sommes en croissance et en bonne santé, et d'expliquer pourquoi nos solutions rendent de réels services aux villes et à leurs habitants", a expliqué à Reuters Bertrand Barthelemy, président de Parkeon.

Arrivé en 2011 à la tête du groupe, il a contribué à son redressement et à réduire une dette qui devrait devenir quasi nulle à la fin de cette année. La participation d'ICG et d'European Capital est héritée de la conversion d'une partie de l'ancienne dette de Parkeon en capital.

Le groupe, dont les équipements et logiciels servent à recharger le pass Navigo en Ile-de-France, à payer le tramway à Lille ou le bus rapide à New York, compte profiter à l'avenir du développement de nouveaux services, comme la gestion du stationnement de son véhicule à partir d'un smartphone.

Parkeon, qui réalise 85% de son chiffre d'affaires à l'export, emploie 1.000 personnes dans le monde, pour majorité en France où il compte une usine à Besançon (Doubs).

Prié de dire si la présentation publique des résultats pouvait laisser présager une introduction en Bourse de la société, Bertrand Barthelemy a répondu que le sujet n'avait pas été évoqué: "Ça se pourrait à moyen terme, mais ce n'est pas du tout le sujet aujourd'hui." (Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)