May 26, 2015 / 8:31 AM / 2 years ago

La réorganisation continue chez Samsung pour préparer l'avenir

4 MINUTES DE LECTURE

SEOUL, 26 mai (Reuters) - La holding de contrôle effective de Samsung Group a lancé une offre de près de 7,4 milliards d'euros pour racheter une filiale de l'empire sud-coréen qui détient une participation clef dans Samsung Electronics , la division phare du conglomérat.

Cette opération d'un montant de 8.900 milliards de wons s'inscrit dans le cadre des préparatifs de la succession de Lee Kun-hee, le patriarche à la santé défaillante qui occupe la tête du plus important conglomérat sud-coréen.

Cheil Industries Inc, dont les activités vont de la construction à la mode, a lancé une offre en actions sur l'entreprise de construction Samsung C&T Corp.

Les titres des deux branches ont clôturé en hausse de près de 15%, portant la capitalisation de Samsung C&T au-delà de l'offre de Cheil, à environ 8,31 milliards d'euros.

Cette opération rapproche ce que les analystes considèrent comme deux entreprises clés dans le tentaculaire conglomérat contrôlé par la famille Lee.

Alors que Samsung se prépare pour un passage de relais entre Lee Kun-hee -- hospitalisé depuis une crise cardiaque il y a un an -- et ses enfants, cette transaction permettra également de conforter la position de son héritier présomptif et vice-président de Samsung Electronics, Jay Y. Lee, qui devrait rester l'actionnaire principal de l'entité issue de la fusion.

Transition en Douceur

Avec une participation de 4,06% dans Samsung Electronics, qui vaut actuellement près de 7,35 milliards d'euros au vu des cours actuels du titre, Samsung C&T est le troisième actionnaire du géant sud-coréen de l'électronique, derrière le fonds de pensions national sud-coréen et Samsung Life Insurance .

"Il y aura un renforcement de la structure de participation, Jay Y. apparaissant clairement comme le principal actionnaire", a déclaré à Reuters une source au fait de la stratégie de Samsung.

Cette source a ajouté que ce projet de fusion s'inscrivait dans la droite ligne des changements entrepris au cours des derniers mois au sein du conglomérat en vue d'une transition en douceur aux commandes du groupe.

Cette opération doit encore être approuvée par les actionnaires du groupe, dont l'opposition avait contraint Samsung Heavy Industries à renoncer à absorber Samsung Engineering en novembre.

Leur feu vert n'est pas forcément acquis, au vu de la flambée du titre.

"Certains actionnaires persuadés que les titres Samsung C&T sont sous-évalués (...) pourraient s'opposer à la transaction", estime Baek Kwang-jae, analyste du secteur du BTP chez Kyobo Securities.

"Cependant, si le cours continue de flamber, les actionnaires pourraient accepter la fusion."

Selon les termes de l'accord, Cheil offre 0,35 nouvelle action Cheil, émise à un prix fixe, pour chaque action Samsung C&T.

La société issue de la fusion, qui conservera le nom Samsung C&T, deviendra également le plus gros actionnaire des activités biopharmaceutiques de Samsung, plaçant donc sous le contrôle de Jay Y. Lee l'un des nouveaux moteurs potentiels de la croissance du groupe à l'avenir.

En cas de succès de cette opération, qui devrait être bouclée en septembre, Samsung devra encore résoudre le problème des droits de succession en cas de transmission à ses héritiers des participations de Lee Kun-hee dans Samsung Electronics (3,38%) et Samsung Life Insurance (20,76%), qui représentent chacune plusieurs milliards d'euros. (Avec Sohee Kim et Hyunjoo Jin; Myriam Rivet pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below