Marks & Spencer-Première hausse du bénéfice annuel en quatre ans

mercredi 20 mai 2015 09h02
 

LONDRES, 20 mai (Reuters) - Marks & Spencer a annoncé mercredi une première hausse de son bénéfice annuel en quatre ans ainsi que son intention de retourner aux actionnaires toute trésorerie excédentaire, des éléments qui suggèrent que le distributeur britannique a enfin retrouvé une formule gagnante.

Le premier vendeur de vêtements en Grande-Bretagne, qui commercialise également des articles pour la maison et des produits d'épicerie haut de gamme, a précisé avoir dégagé sur l'exercice 2014-2015, clos le 28 mars, un bénéfice imposable hors exceptionnels de 661,2 millions de livres (924 millions d'euros).

Ce total est supérieur de 6,1% à celui de 2013-2014 et bat également le consensus des analystes financiers, qui était de 648 millions de livres.

Marks & Spencer a relevé son dividende de 5,9% à 18 pence par action et également annoncé, pour 2015-2016, un programme de rachat d'actions de 150 millions de livres.

"Nous sommes une entreprise plus solide après une longue période d'investissements dans nos infrastructures et dans notre personnel", déclare Robert Swannell, président du distributeur.

Sur les neuf derniers mois, l'action Marks & Spencer a progressé de quelque 33% pour atteindre un pic de huit ans mardi. Elle était stable à 585,5 pence mercredi dans les premiers échanges à la Bourse de Londres

Cette hausse suggère que les investisseurs font le pari que les milliards de livres dépensés par Marc Bolland, directeur général de Marks & Spencer, dans la conception de nouveaux produits et de nouveaux magasins, dans la réorganisation de la chaîne logistique et dans le site internet vont durablement porter leurs fruits.

Marc Bolland, en poste depuis 2010, a mis l'accent sur l'amélioration des marges. Sur l'exercice qui vient de se terminer, la marge brute dégagée par la division marchandises générales (habits, chaussures et articles de maison) a augmenté de 190 points de base.

Pour 2015-2016, Marks & Spencer dit tabler sur une hausse comprise entre 150 et 200 points de base de la marge de cette division. La marge de la division alimentaire est vue en hausse maximale de 10 points de base cette année. (James Davey, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Bertrand Boucey)