BOURSE-Aperam bondit après la hausse inattendue de ses profits au T1

mercredi 6 mai 2015 10h23
 

PARIS, 6 mai (Reuters) - L'action Aperam signe la plus forte progression de l'indice SBF 120 mercredi matin à la Bourse de Paris au lendemain de l'annonce par le spécialiste de l'acier inoxydable d'une hausse inattendue de ses résultats au premier trimestre.

A 10h13, le titre grimpe de 8,67% à 36,97 euros dans des volumes équivalant à 70% de ceux réalisés en moyenne sur une séance complète au cours des trois derniers mois sur Euronext.

Au même moment, le SBF 120 grappille 0,35% dans des volumes représentant 21% de leur moyenne journalière habituelle.

L'Ebidta (résultat avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements) a progressé de 3,1% à 133 millions de dollars (près de 119 millions d'euros) au premier trimestre, fort de ventes meilleures que prévu et des retombées de son programme d'économies. Les analystes interrogés par Reuters s'attendaient à voir reculer ce résultat à 122 millions.

ING, qui conseille d'acheter la valeur avec un objectif de cours de 37 euros, constate dans une note une nouvelle publication trimestrielle légèrement meilleure que prévu.

De son côté, Exane BNP Paribas souligne les qualités du groupe par rapport à la concurrence.

"Les inquiétudes sur la dynamique dans l'acier inoxydable se sont intensifiées après des publications décevantes ou des avertissements de concurrents au premier trimestre et alors que les prix du nickel baissaient", indique le broker.

"Il est nécessaire de faire une plus grande distinction", juge Exane estimant qu'Aperam devrait surperformer ses concurrents au regard de sa génération de trésorerie ou encore d'une meilleure répartition géographique de son activité.

Le broker vise un cours de 45 euros pour le titre.

Société générale salue pour sa part la perspective d'un deuxième trimestre meilleur que le premier, et a donc relevé son objectif de cours de 32 à 38 euros avec une recommandation à "conserver.

Aperam a dit prévoir une poursuite de l'amélioration de son Ebitda et du recul de sa dette nette au deuxième trimestre. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)