LEAD 1-BASF - Le pétrole va peser sur la croissance des bénéfices

jeudi 30 avril 2015 12h54
 

(Actualisé avec détails, cours de Bourse)

par Ludwig Burger et Maria Sheahan

FRANCFORT, 30 avril (Reuters) - BASF pense que la contraction des résultats de sa filiale pétrolière et gazière Wintershall, due à la baisse des cours pétroliers, annulera cette année les bénéfices des divisions pétrochimie et protection des cultures.

Les cours pétroliers se redressent après avoir inscrit cette année un plus bas de six ans mais le prix moyen du premier trimestre n'en a pas moins été inférieur de 45% à celui de la période comparable un an plus tôt.

Le numéro un mondial de la chimie en termes de chiffre d'affaires a confirmé ses prévisions de 2015, soit une stagnation du bénéfice d'exploitation et un chiffre d'affaires en légère hausse.

Le bénéfice d'exploitation ajusté des trois premiers mois de l'année a baissé de 2% à 2,07 milliards d'euros contre deux milliards attendus en moyenne par les analystes financiers interrogés par Reuters.

Le bénéfice net du premier trimestre a baissé de 20% à 1,17 milliard d'euros contre un consensus de 1,27 milliard.

BASF, dont les activités s'étendent des mousses synthétiques aux peintures automobiles en passant par les composants pour pots d'échappement catalytiques et les produits chimiques du secteur minier, a ajouté que le chiffre d'affaires avait augmenté de 2,8% à 20,1 milliards d'euros et ce grâce à un euro affaibli qui a compensé la baisse des volumes dans la chimie industrielle.

En volume, les ventes ont augmenté de 5%, portées par la demande de pesticides en Europe occidentale et en Amérique du Nord et par une hausse des prix de 4% des produits agricoles.

"Contrairement à ce qu'on a observé pour Syngenta, Dow Chemical et DuPont", écrivent des analystes de Morgan Stanley, comparant les résultats de BASF à ceux de ses concurrents, "nous avons vu jusqu'à présent le meilleur".

L'action BASF perd 1% à la mi-journée, alors que le Dax gagne 0,13%. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît van Overstraeten)