Autoroutes-Eiffage confiant sur le maintien des contrats

jeudi 26 février 2015 13h55
 

par Matthieu Protard

PARIS, 26 février (Reuters) - Le groupe de BTP Eiffage a indiqué jeudi avoir bon espoir que les discussions avec le gouvernement sur le régime des autoroutes aboutissent à un maintien des contrats de concessions autoroutières et au lancement du plan de relance de 3,2 milliards d'euros.

L'avenir du régime des autoroutes est l'objet depuis plusieurs mois d'un bras de fer entre l'Etat et les sociétés concessionnaires. Un groupe de travail parlementaire chargé d'examiner les propositions de réforme doit rendre ses conclusions début mars.

"Mon esprit rationnel me pousse à croire qu'assez rapidement maintenant, on devrait converger vers un plan de relance, une stabilité des contrats", a déclaré Pierre Berger, le PDG d'Eiffage, lors d'une conférence de presse à l'occasion des résultats annuels du groupe.

"Nous attendons les conclusions du groupe de travail parlementaire qui a été initié par le Premier ministre fin décembre", a-t-il ajouté. "Rien ne peut se conclure avant que les parlementaires aient fini d'éplucher ce dossier."

Le groupe de travail parlementaire doit se réunir le 3 mars avec les concessionnaires et le 5 mars avec les représentants de l'Etat, ce qui alimente l'espoir d'une annonce prochaine pour sortir de la crise.

Pour laisser aux parlementaires le temps d'examiner les discussions entre l'Etat et les concessionnaires, le gouvernement a décidé fin janvier de suspendre la hausse des tarifs des péages prévue au 1er février, provoquant l'ire des concessionnaires autoroutiers qui réclament le respect des contrats.

"Si le contrat est résilié, il est résilié. Mais ce n'est pas ce qui a été fait. Si le contrat n'est pas résilié, le gouvernement ne peut pas changer un contrat sans notre accord", a insisté le PDG d'Eiffage. "Par contre, nous sommes prêts à lancer le plan de relance où nous investissons, sur notre propre bilan, 3,2 milliards d'euros."

Les concessionnaires d'autoroutes, a-t-il aussi déclaré, ont accepté le principe que la hausse des tarifs de péage en 2015 soit inférieure à celle prévue dans les contrats de concessions, "à condition que le delta (l'écart, NDLR) nous soit compensé dans les années qui viennent".   Suite...