17 février 2015 / 07:38 / il y a 3 ans

LEAD 3-Casino pense récolter en 2015 les fruits de ses baisses de prix

* Résultat opérationnel courant -2,5% à 2,23 mds en 2014, organique +5,6%

* Résultat net normalisé pdg -10,1% à 556 mlns, dividende stable Casino prévoit en 2015 une croissance organique de son ROC

* Voit des opportunités au Brésil (Actualisé avec conférence de presse)

par Gilles Guillaume et Dominique Vidalon

PARIS, 17 février (Reuters) - Casino prévoit un rebond de son résultat opérationnel courant en France en 2015 grâce aux retombées positives des baisses de prix qui, avec les effets de change, ont plombé son exercice 2014.

Le distributeur stéphanois, qui avait au fil de l'année révisé en baisse ses prévisions de résultat pour cause de recul des ventes de ses enseignes alimentaires (hypermarchés Géant, supermarchés Casino et discount de proximité Franprix-Leader Price), a vu son résultat opérationnel courant reculer de 2,5% à 2,23 milliards d'euros en 2014, toutefois légèrement au-dessus de ses dernières anticipations.

Le redressement des ventes en France constitue le grand chantier du PDG Jean-Charles Naouri, qui tablait il y a un an sur un retour à une croissance organique dans l'Hexagone dès 2014, après avoir engagé des baisses de prix massives fin 2012 pour regagner des parts de marché.

Mais le groupe a fini l'année sur une baisse de 2,1% de ses ventes en France (hors essence et effets calendaires) et de 3,5% à magasins comparables.

"En 2014, les baisses de prix décidées en France ont permis de repositionner les enseignes discount du groupe", indique Jean-Charles Naouri dans le communiqué de résultats. "Cette démarche de réajustement tarifaire est désormais achevée. Le trafic et les volumes sont positifs depuis le quatrième trimestre 2014 (...)."

La performance de Casino l'an dernier contraste avec celle de Carrefour, qui a vu ses ventes progresser en France dans l'ensemble de ses formats.

Le résultat opérationnel des activités en France a chuté de 28,6% à 396 millions d'euros (-28,1% en données organiques).

Outre une hausse de son résultat opérationnel courant sur le marché français, Casino compte aussi renouer en 2015 avec une croissance organique de son chiffre d'affaires en France. Au cours d'une conférence de presse, Jean-Charles Naouri a précisé que cette embellie devrait se faire sentir plutôt après l'été.

"PAS DE MAUVAISES SURPRISES"

Au total, Casino vise une croissance organique de son résultat opérationnel courant cette année, après une hausse organique de 5,6% en 2014.

A l'international, où il prévoit une croissance organique des ventes "soutenue" et une croissance du ROC supérieure à celle du chiffre d'affaires, le résultat opérationnel est ressorti quasi stable dans l'activité "Latam Retail" (Brésil essentiellement), à 895 millions d'euros (+11,9% en organique), mais en forte hausse dans le pôle "Latam Electronics", où il a progressé de 24% à 677 millions d'euros (+35,7% en organique).

Casino s'attend à ce que le ralentissement économique au Brésil perdure encore quelques trimestres, mais voit dans cette situation des opportunités pour ses filiales.

Prié de dire s'il évoquait par là de possibles acquisitions, Jean-Charles Naouri s'est refusé à faire un commentaire. Mais il a souligné le niveau élevé de cash de Via Varejo, et la dette quasi nulle de GPA.

Dans une présentation, Casino a précisé que les changes devraient avoir un impact "désormais neutre" sur l'année en cours, après l'appréciation du real brésilien face à l'euro.

Le résultat net normalisé, part du groupe, a baissé de 10,1% à 556 millions d'euros (-3,9% hors effets de change) en 2014 et le groupe propose un dividende de 3,12 euros par action, stable par rapport à l'exercice précédent.

En Bourse, l'action Casino gagne 1% à 84,18 euros à 15h30, surperformant le marché parisien (-0,05% pour l'indice SBF 120 ) et l'indice sectoriel européen de la distribution (-0,25%).

"Il n'y a pas de mauvaises surprises", commente Bryan Garnier dans une note de recherche. "Le directeur financier avait déjà prévenu que le ROC serait de l'ordre de 2,22 milliards, finalement nous sommes à 2,23 milliards."

* Le communiqué :

bit.ly/1vSuV4w (Avec Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below