Baidu-Le développement dans le mobile pèse sur les résultats

jeudi 12 février 2015 10h55
 

PEKIN/BANGALORE, 12 février (Reuters) - La volonté de Baidu , le premier moteur de recherche en ligne chinois, de se développer dans le mobile, un marché moins rémunérateur, a pesé sur son chiffre d'affaires au quatrième trimestre et cette tendance devrait persister sur les premiers mois de 2015.

L'action du groupe chutait de plus de 9% dans les transactions hors séance sur le marché américain après l'annonce mercredi soir d'une hausse de 47,5%, moins marquée qu'attendu, de son chiffre d'affaires sur les trois derniers mois de 2014.

Pour le premier trimestre de cette année, Baidu table sur un chiffre d'affaires de 12,65 à 13,07 milliards de yuans (1,79 à 1,85 milliard d'euros), alors que les analystes financiers attendaient jusqu'à présent 13,62 milliards en moyenne.

Les revenus tirés de la recherche sur mobile ont, pour la première fois, dépassé ceux des ordinateurs individuels (PC) en décembre, a précisé le groupe, mais le revenu par clic sur les terminaux mobiles est resté stable par rapport au troisième trimestre, à 60% du niveau de celui des PC.

"Je n'en conclurai pas que la monétisation du mobile devient un problème, ce n'est pas un problème", a déclaré la directrice financière Jennifer Li, lors d'une téléconférence avec des analystes.

Baidu explique que sa prévision de chiffre d'affaires pour le premier trimestre prend en compte des facteurs saisonniers, comme le Nouvel An chinois, célébré fin février, ainsi que la croissance des revenus tirés du mobile.

Autre conséquence de cette évolution stratégique, la marge d'exploitation du groupe est tombée à 26% en 2014 contre 35% en 2013, montrent les calculs de Reuters.

Et les dirigeants ont évoqué une nette hausse des charges d'exploitation en 2015, liées principalement aux dépenses de promotion des services de géolocalisation dits "online to offline" (O2O).

"Je ne m'inquiète pas tant que ça pour le (chiffre d'affaires) mais je m'inquiète vraiment pour les marges", a commenté Tian Hou, analyste de TH Capital. "En prenant de nouvelles initiatives dans le O2O, la société fait beaucoup de choses comme de la promotion de marque. Ce genre de choses va consommer beaucoup de trésorerie." (Supantha Mukherjee à Bangalore et Paul Carsten à Pékin, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)