10 février 2015 / 13:53 / il y a 3 ans

LEAD 1-TUI va réorganiser sa flotte d'avions et ses croisières

* Perte réduite à 107,9 millions d'euros au T1

* Chiffre d'affaires en hausse de 5,3% à 3,54 milliards

* Le groupe vise un bénéfice opérationnel d'un milliard

* Nouvelles mesures stratégiques annoncées en mai

BERLIN, 10 février (Reuters) - TUI Group, le géant mondial du tourisme issu de la fusion entre le britannique TUI Travel et l'allemand TUI AG, a fait état mardi d'un bon début d'exercice et annoncé son intention de restructurer ses activités dans le transport aérien et les croisières.

"Nous savons très clairement où nous voulons aller et nous allons affiner notre projet sur les prochains mois", a déclaré le co-président du directoire Peter Long en présentant aux analystes les résultats du premier trimestre clos fin décembre.

La fusion entre TUI Travel et son actionnaire majoritaire allemand ayant été finalisée en décembre, le groupe attendra la présentation des résultats semestriels, le 13 mai, pour faire un point sur sa stratégie.

D'ores et déjà, la direction entend réorganiser ses cinq marques de compagnies charters qui exploitent 140 avions et, ensemble, représenteraient la septième compagnie aérienne en Europe. Elle compte également moderniser l'activité de croisière British Thomson Cruises et renforcer les systèmes de réservation en ligne.

Au premier trimestre de son exercice décalé, TUI Group a réduit sa perte avant intérêts, impôt et amortissements (Ebita) à 107,9 millions d'euros contre -141,1 millions un an plus tôt.

Le groupe a dit être bien parti pour dégager un bénéfice d'environ un milliard d'euros sur l'ensemble de l'exercice clos en septembre.

La fusion de TUI Travel et TUI AG a reçu un bon accueil des actionnaires, qui jugeaient trop coûteuse l'ancienne structure duale, mais elle suscite des inquiétudes en Allemagne où l'on craint que la compagnie charter TUIFly quitte Hanovre pour l'Angleterre.

"On analyse et on décidera ensuite. Mais si on fusionne des marques, il est probable que cela entraîne des suppressions d'emplois", a reconnu l'autre co-président du directoire Fritz Joussen.

Peter Long, son vis-à-vis britannique, a noté que le groupe ne tirait pas de bénéfice immédiat de la baisse des prix du pétrole, ses bienfaits étant annulés par l'effet de change négatif. "Cela dit, il y a un effet positif indirect sur le pouvoir d'achat de nos clients, ce qui génère plus de demande pour les voyages", a-t-il dit. (Victoria Bryan, Benoît Van Overstraeten et Véronique Tison pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below