Bourse-Eurofins poursuit sa baisse, les coûts du S1 inquiètent

vendredi 29 août 2014 11h41
 

PARIS, 29 août (Reuters) - L'action Eurofins Scientific poursuit vendredi matin sa baisse initiée la veille sur des prises de bénéfices après la publication des résultats semestriels du spécialiste de la bioanalyse, des analystes soulignant un niveau plus élevé qu'attendu des coûts de restructuration.

A 11h36, le titre recule de 4,07% à 209,90 euros au lendemain d'une baisse de 8,3%, la valeur effaçant ainsi sa hausse de 12% enregistrée auparavant entre les 8 et 27 août. La valeur accuse la plus forte baisse de l'indice SBF 120 , stable (+0%) au même instant.

Eurofins Scientific a annoncé jeudi une amélioration de ses résultats au premier semestre, avec une progression de 12,8 de son chiffre d'affaires et de 17,1% de son Ebitda, et a confirmé ses objectifs 2014.

"Les restructurations pèsent plus fortement que prévu, notamment IPL (analyse de l'eau, NDLR) qui n'atteindra l'équilibre qu'en 2015. Les bonnes performances de l'activité sont pénalisées par ces difficultés", constate dans une note Portzamparc, qui a abaissé sa recommandation sur la valeur de "renforcer" à "conserver".

Le broker évoque un niveau de restructurations de 18 millions d'euros, dont 5 à 10 millions d'euros pour IPL et 5 millions pour la réorganisation des laboratoires au Danemark, et juge "surprenante" la publication de la société pour plusieurs raisons.

"1/ les restructurations pèsent fortement sur les résultats, 2/ cela réduit les perspectives d'amélioration des résultats malgré une bonne croissance organique des ventes et 3/ le poids de la dette commence à se faire sentir", écrit le broker, qui a abaissé ses perspectives de résultats pour 2014 (-26%) et 2015 (-23%).

De son côté, Jefferies souligne également le niveau des coûts exceptionnels, qu'il considère comme étant le plus élevé sur un semestre.

Le broker estime cependant que la situation devrait s'améliorer, en particulier pour IPL qui devrait revenir à l'équilibre l'année prochaine. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)