Internet ne sauve pas les ventes de Best Buy

mardi 26 août 2014 14h33
 

26 août (Reuters) - Best Buy Co, numéro un américain de l'électronique grand public, a fait part mardi d'un chiffre d'affaires inférieur aux attentes pour le troisième trimestre consécutif, qu'il met sur le compte d'une baisse de la fréquentation des magasins que ses ventes en ligne n'ont pas su compenser.

Best Buy, dont l'action perdait 4% dans les transactions d'avant-Bourse, a également dit s'attendre à ce que ses marges d'exploitation continuent de souffrir en raison de la hausse des ventes d'articles peu rentables, des difficultés que continue de traverser le secteur et d'une hausse des remises accordées au Canada et en Chine.

"A l'échelle du notre industrie, les ventes continuent de reculer dans la plupart des catégories d'électronique grand public sur lesquelles nous sommes présents", a déclaré la directrice financière Sharon McCollam dans un communiqué.

Le groupe dit également s'attendre à ce que le secteur des téléphones mobiles souffre dans l'attente de la sortie de nouveaux modèles, comme le nouvel iPhone qu'Apple doit lancer le mois prochain.

Le chiffre d'affaires de Best Buy a diminué de 4% à 8,89 milliards de dollars au cours des trois mois au 2 août tandis que le consensus Thomson Reuters I/B/E/S anticipait 8,99 milliards.

Les ventes à périmètre comparable ont reculé de 2,7% tandis que les ventes dans les magasins américains ouverts depuis plus d'un an ont diminué de 2%.

Le bénéfice net attribuable aux actionnaires a reculé à 146 millions de dollars, soit 42 cents par action, contre 266 millions, soit 77 cents par titre, un an auparavant. Le bénéfice du deuxième trimestre 2013 comprenait un gain exceptionnel de 229 millions de dollars.

Hors éléments non récurrents, le groupe a dégagé un bénéfice des opérations poursuivies de 44 cents par action, alors que les analystes anticipaient 31 cents. (Sruthi Ramakrishnan à Bangalore; Nicolas Delame pour le service français)