Carlsberg prévoit un recul du bénéfice en 2014 avec la Russie

mercredi 20 août 2014 07h51
 

COPENHAGUE, 20 août (Reuters) - Carlsberg a annoncé mercredi que son bénéfice d'exploitation 2014 serait inférieur à celui de l'an dernier en raison de la dégradation de l'activité en Europe de l'Est, et notamment en Russie, l'un de ses principaux centres de profit.

Le brasseur danois prévoit désormais inférieure à 5% de son bénéfice d'exploitation alors qu'il anticipait auparavant une croissance du même ordre. C'est la deuxième fois cette année qu'il est contraint de revoir à la baisse ses objectifs.

L'importante exposition du groupe au marché russe, sur lequel il réalise 35% de son bénéfice d'exploitation, fait de Carlsberg un cas d'école de l'impact des tensions politiques et commerciales entre la Russie et l'Occident sur les résultats des entreprises européennes.

Pour les analystes, Carlsberg souffre davantage de l'impact de la situation sur l'économie russe, désormais menacée de récession cette année, que de celui des sanctions commerciales occidentales et de l'embargo russe sur les produits alimentaires européens.

"Malheureusement, nous pensons que le marché de la bière en Europe de l'Est va encore souffrir car les consommateurs sont confrontés à de nouvelles difficultés, et cela aura un impact défavorable sur les bénéfices du groupe cette année", a déclaré le directeur général de Carlsberg, Jorgen Rasmussen, dans un communiqué.

En 2013, le groupe a réalisé un bénéfice d'exploitation hors exceptionnels de 9,723 milliards de couronnes danoises (1,3 milliard d'euros).

"Les résultats dans leur ensemble au deuxième trimestre semblent bons mais ils abaissent leurs prévisions à cause de l'incertitude macroéconomique en Europe de l'Est. C'est donc mitigé", a commenté Morten Imsgard, analyste de Sydbank.

Au deuxième trimestre, le bénéfice d'exploitation de Carlsberg a en effet progressé de 6% à 3,6 milliards de couronnes danoises, alors que les analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un résultat de 3,43 milliards. (Teis Jensen,; Marc Angrand pour le service français)