LEAD 1-ThyssenKrupp-Perte réduite au Brésil, bond du bénéfice

vendredi 14 février 2014 09h05
 

(Actualisé avec détails, contexte)

FRANCFORT, 14 février (Reuters) - ThyssenKrupp a annoncé vendredi une hausse plus marquée que prévu de son bénéfice opérationnel ajusté, le groupe industriel allemand étant parvenu à limiter les pertes de son aciérie brésilienne après avoir échoué à la vendre.

Le résultat d'exploitation (Ebit) courant sur les trois derniers mois de 2013, premier trimestre de l'exercice 2013-2014, a bondi de 131% à 247 millions d'euros alors que les analystes financiers interrogés par Reuters attendaient en moyenne 213 millions.

Le titre ThyssenKrupp, qui a déjà augmenté de plus de 11% depuis le début de l'année après avoir fait du surplace en 2013 prenait 3% quelques minutes après l'ouverture.

Les données publiées ce vendredi semblent suggérer que les efforts de redressement mis en oeuvre par l'entreprise commencent enfin à porter leur fruits.

Les difficultés de sa filiale Steel Americas ont plongé dans le rouge les comptes de ThyssenKrupp pendant trois exercices de suite, tout en gonflant la dette de l'entreprise, numéro un allemand de la sidérurgie.

Fin novembre, la société avait annoncé la cession de son aciérie aux Etats-Unis à ses concurrents ArcelorMittal et Nippon Steel & Sumitomo Metal pour 1,55 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros). (voir )

Mais l'ambition de ThyssenKrupp, qui a également augmenté son capital fin 2013, avait été de vendre l'ensemble de Steel Americas, comprenant ses actifs américain et brésilien.

Il y a un mois, Heinrich Hiesinger, président du directoire du groupe, avait dit que le processus de vente de l'aciérie brésilienne serait à terme relancé.

En attendant, la perte opérationnelle de cette dernière a été ramenée à 17 millions d'euros, contre -122 millions il y a un an, grâce à des réductions de coûts, une plus grande utilisation des capacités de production et des effets de change favorables.

ThyssenKrupp a dit anticiper pour l'ensemble de l'exercice un Ebit ajusté d'environ un milliard d'euros, contre 599 millions en 2012-2013. (Maria Sheahan, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Nicolas Delame)