February 13, 2014 / 12:27 PM / 3 years ago

LEAD 1-Lloyds, rentable, se dit prêt à redevenir 100% privée

3 MINUTES DE LECTURE

(Actualisé avec cours de Bourse, déclarations, contexte)

par Matt Scuffham et Steve Slater

LONDRES, 13 février (Reuters) - Lloyds Banking Group s'est déclaré jeudi prêt pour une privatisation totale, après avoir annoncé son premier bénéfice imposable depuis trois ans.

Le groupe bancaire britannique, toujours détenu à 33% par l'Etat, a dégagé en 2013 un résultat avant impôt de 415 millions de livres (506 millions d'euros) l'an dernier contre une perte de 606 millions en 2012.

Son directeur général, Antonio Horta-Osorio, qui a piloté le redressement des comptes depuis son arrivée à la tête de l'entreprise en mars 2011, a déclaré à la presse qu'il appartenait au gouvernement et à UK Financial Investments (UKFI), l'agence des participations de l'Etat, de décider du calendrier de la privatisation à 100%.

"Nous nous considérons comme complètement revenus à la normale; il appartient uniquement à UKFI et au Trésor de décider comment et quand céder ces actions", a-t-il dit.

L'Etat était entré au capital du groupe à hauteur de 39% en lui apportant 20 milliards de livres après la crise financière. Il a cédé 6% du capital en septembre dernier.

Le ministre des Finances, George Osborne, souhaite solder la participation de l'Etat avant les élections prévues en 2015 et UKFI et le Trésor étudient les différentes options permettant ce désengagement.

Des sources bancaires et politiques s'attendent à la cession d'une nouvelle tranche du capital à des investisseurs institutionnels en mars ou en avril, avant une offre plus importante et ouverte aux particuliers d'ici la fin de l'année.

En Bourse, l'action Lloyds, qui a plus que doublé au cours des deux dernières années, perdait 4,2% à la mi-journée à 80,02 pence. Les analystes expliquent ce repli par la perspective d'une cession massive de titres par l'Etat, notant qu'une offre ouverte aux particuliers devrait se faire avec une décote par rapport au cours de Bourse.

Au risque de s'attirer des critiques, Lloyds a décidé de distribuer au titre de 2013 des bonus d'un montant total de 395 millions de livres, dont 1,7 million pour Antonio Horta-Osorio.

De son côté, le syndicat Unite a critiqué la hausse de 2% seulement des rémunérations des salariés des agences bancaires et des centres d'appel, qui ont supprimé plus de 35.000 postes depuis l'entrée de l'Etat au capital.

"Le bonus de 1,7 million du DG, qui s'ajoute aux actions qui lui ont été attribuées fin octobre pour plusieurs millions, sont une claque pour le contribuable et les salariés qui travaillent dur sans savoir s'ils feront partie demain de la prochaine charrette", a déclaré Rob Macgregor, son secrétaire national.

Lloyds a également annoncé qu'il demanderait au second semestre à ses autorités de tutelle le feu vert pour reprendre le paiement d'un dividende, suspendu depuis 2008.

Antonio Horta-Osorio a précisé qu'il souhaitait voir le groupe distribuer à moyen terme sous forme de dividendes la moitié au moins de ses profits. (Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below