12 février 2014 / 08:53 / dans 4 ans

LEAD 2-Faurecia renoue avec le dividende, no comment sur PSA

* L‘équipementier auto propose 30 centimes par action au titre de 2013

* Croissance de 2% à 4% du CA attendue cette année, après +5% l‘an dernier

* Rentabilité en berne en Amérique du Nord, une fermeture de site au Canada

* L‘Asie représente désormais 13% des ventes de produits (Répétition sans changement du texte, nouveau lien vers le communiqué à la suite d‘une correction faite par le groupe)

par Gilles Guillaume

PARIS, 12 février (Reuters) - L‘équipementier automobile Faurecia a annoncé mercredi qu‘il renouait avec le dividende pour l‘exercice 2013, pourtant marqué par une baisse de 38% du résultat net et des difficultés opérationnelles en Amérique du Nord.

Le groupe, détenu à 51,7% par PSA Peugeot Citroën, avait décidé de ne pas payer de dividende au titre de 2012 en raison notamment des incertitudes planant sur le marché automobile européen. Pour 2013, il proposera de verser à ses actionnaires 30 centimes par action.

“Dans un environnement faible en Europe, nous sommes satisfaits de notre performance en termes de croissance, avec une accélération sur la deuxième partie de l‘année”, a commenté le PDG Yann Delabrière au cours d‘une conférence de presse. “En Asie, nous avons enregistré une croissance supérieure à 20% pour la septième année d‘affilée.”

Après avoir ouvert en baisse, l‘action prend 4% à 30 euros en fin de matinée.

“Nous devons rester prudents sur le rythme de reprise aux Etats-Unis”, souligne un trader en poste à Paris. “De manière générale, les chiffres sont en ligne avec les attentes.”

L‘Asie représente désormais 13% des ventes de produits de Faurecia, contre 10% en 2012, tandis que le poids du marché européen a fléchi dans l‘intervalle, de 56% à 54%. Sur le marché asiatique, la marge opérationnelle du groupe a même dépassé pour la première fois 9% au second semestre.

DÉLOCALISATION DU CANADA AU MEXIQUE

En revanche, avec une marge de seulement 2,1% sur l‘année, l‘activité nord-américaine de Faurecia en Amérique du Nord reste pénalisée par une série de difficultés opérationnelles. Après le travail d‘intégration des activités de Ford à Saline, dans le Michigan, plusieurs sites sont confrontés à des problèmes de modernisation.

“L‘Amérique du Nord reste la priorité de nos plans d‘amélioration pour 2014”, a ajouté Yann Delabrière.

Dans le cadre de la réorganisation de son outil industriel, Faurecia a annoncé en décembre la fermeture prochaine d‘une usine d‘armatures de sièges au Canada, qui emploie 650 personnes. Yann Delabrière a précisé que l‘activité du site serait transférée vers le sud des Etats-Unis et le Mexique.

Des source proches du dossier avaient indiqué à Reuters fin juillet que Faurecia prévoyait de fermer jusqu‘à huit sites d‘armatures de sièges dans le monde d‘ici 2017.

En 2013, le bénéfice net, part du groupe, est ressorti à 88 millions d‘euros, impacté notamment par 91 millions de frais de restructuration dans le cadre du programme d‘économies lancé par le groupe en Europe. Le bénéfice opérationnel, lui, a augmenté de 4,7% à 538 millions, donnant un taux de marge de 3% à l‘échelle du groupe.

Faurecia a ajouté que ses charges financières étaient appelées à baisser cette année après avoir atteint un pic en 2013, à la suite de la conversion en décembre de l‘obligation convertible qu‘il avait émise fin 2009.

Avant cette conversion, la participation de PSA dans Faurecia se montait à 57,4%.

Interrogé sur l‘évolution de cette participation, ou sur les implications pour Faurecia de la future augmentation de capital de PSA, Yann Delabrière a refusé de faire un commentaire.

Pour l‘année en cours, l‘équipementier table sur une hausse de 3% de la production automobile mondiale, avec un rebond qui pourrait atteindre 2% en Europe et une croissance de 3% en Amérique du Nord.

Faurecia vise également une amélioration de 20 à 50 points de base de sa marge opérationnelle ainsi qu‘une croissance de 2% à 4% de son chiffre d‘affaires global à taux de change constants.

Le groupe a aussi confirmé ses objectifs 2016, revus en baisse en novembre à cause des conditions de marché en Europe et de ses problèmes d‘exploitation aux Etats-Unis, notamment l‘ambition d‘un chiffre d‘affaires supérieur à 21 milliards d‘euros.

* Le communiqué :

r.reuters.com/kav76v (Avec Alexandre Boksenbaum-Granier et Laurence Frost, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below