Deutsche Bank veut être actif dans la consolidation après 2015

mercredi 29 janvier 2014 11h04
 

par Thomas Atkins

FRANCFORT, 29 janvier (Reuters) - Deutsche Bank sortira d'une restructuration douloureuse en bonne position pour jouer un rôle de premier plan dans la consolidation du secteur en Europe après 2015, ont déclaré mercredi ses deux co-présidents du directoire.

S'efforçant de rassurer les actionnaires après l'annonce il y a dix jours d'une perte inattendue au quatrième trimestre, Anshu Jain et Jürgen Fitschen ont déclaré lors de l'assemblée générale que la première banque allemande était en bonne voie pour atteindre l'an prochain ses ambitieux objectifs, tant en terme de restructuration que de rentabilité.

"Nous sommes pleinement conscients des énormes défis que nous nous sommes nous-mêmes imposés. Cela va entraîner certains changements difficiles", a dit Jürgen Fitschen lors d'une conférence de presse.

Deutsche Bank, dont la culture d'entreprise, les pratiques internes et certaines opérations financières sont visées par les critiques de certains responsables politiques et par plusieurs procédures judiciaires ou réglementaires, reconnaît que l'année 2014 sera difficile.

Le 19 janvier, le groupe a publié une perte de 1,15 milliard d'euros au titre du seul quatrième trimestre 2013, conséquence de la baisse de ses activités obligataires, de charges de restructuration et du coût du réglement à l'amiable de certaines procédures. (voir: )

Mais Anshu Jain et Jürgen Fitschen assurent que leur plan de redressement reste en bonne voie et qu'une fois achevé l'an prochain, il permettra à Deutsche Bank de jouer un rôle actif dans la consolidation européenne, grâce entre autres à ses investissements dans de nouvelles technologies.

"La plate-forme solide que nous sommes en train de bâtir placera Deutsche Bank en situation d'être un consolidateur européen de premier plan après 2015", ont-ils dit dans un discours. "Deutsche Bank est déterminée à jouer un rôle de premier plan."

La banque a déjà réduit son bilan mais des contraintes réglementaires, comme l'enquête internationale en cours sur les soupçons de manipulation des taux de change, pourraient la forcer à augmenter encore ses provisions pour couvrir le coût d'éventuelles sanctions ou pénalités.

Sur le seul mois de décembre, la banque a payé 2,1 milliards d'euros d'amendes. Et les analystes et investisseurs s'attendent pour la période 2014-2015 à une ardoise supplémentaire de 1,4 à 2,0 milliards d'euros.

A la Bourse de Francfort, l'action Deutsche Bank gagnait 1,53% à 37,44 euros à 9h54 GMT alors que l'indice Dax prenait 0,88% et l'indice Stoxx du secteur bancaire européen 1%. (Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison)