LEAD 2-Richemont-La prudence asiatique a pesé sur le C.A.

jeudi 16 janvier 2014 13h34
 

(Actualisé avec note de Société générale, cours de Bourse)

ZURICH, 16 janvier (Reuters) - Richemont a dit jeudi que les distributeurs de la région Asie-Pacifique étaient restés prudents sur la période octobre-décembre, limitant la croissance du chiffre d'affaires durant cette période à 9% à taux de change constants, ce qui est inférieur à ce qui était attendu.

Les fabricants de montres de luxe - Richemont produit les modèles IWC - sont confrontés à un affaiblissement de la demande chinoise, Pékin ayant entrepris de sévir contre les cadeaux jugés illégitimes. En comparaison, son homologue Swatch , qui fabrique des montres plus abordables, a été moins touché.

Le C.A. a augmenté à 2,941 milliards d'euros durant le troisième trimestre de l'exercice fiscal du groupe suisse, alors que les analystes interrogés par Reuters anticipaient 3,049 milliards, soit une croissance de 11,9% à taux de change constants.

La croissance des ventes dans la région Asie-Pacifique, la première du joaillier devant l'Europe/Proche-Orient, s'est maintenue à 6%, une petite accélération sur les 4% du premier semestre imputable, selon Richement, à un comparatif favorable.

La Chine continentale est le seul grand marché d'Asie-Pacifique à avoir fait état d'une baisse des ventes, a précisé Richemont.

Pour l'analyste Jon Cox, de Kepler Chevreux, "que les distributeurs indépendants commandent à nouveau n'est qu'une question de temps. Nous sommes plus près de l'aube que du crépuscule en Chine".

Le titre Richemont perdait 2% à 12h30 GMT.

L'action du groupe de luxe a perdu 10% depuis le début décembre, à la suite de propos très prudents sur l'économie mondiale par son principal actionnaire Johann Rupert rapportés dans les médias. Mais elle a regagné du terrain depuis les déclarations optimistes de Swatch la semaine dernière.

Société générale, dans une note sur l'industrie du luxe, explique que sur fond de croissance molle attendue dans les prochaines années et avec la combinaison d'une disparité des revenus et de fortes pressions sur les classes moyennes, la croissance des ventes du secteur a ralenti et retrouvé sa moyenne organique de long terme de 6-7%.

Dans ce contexte, SG préfère donc les groupes ayant un pôle joaillerie important, Richemont en tête, notant que les ventes de bijoux très haut de gamme augmentent à un rythme 1,5 fois supérieur au secteur en général à taux de change constants. (Silke Koltrowitz, avec Raoul Sachs à Paris, Wilfrid Exbrayat pour le service français)