LEAD 1-Neopost confirme ses objectifs 2013, C.A. stable au T3

lundi 2 décembre 2013 18h51
 

* C.A. T3 en baisse de 0,1% à E261,3 mlns

* Les activités de diversification affichent une forte croissance (Actualisé avec précisions)

PARIS, 2 décembre (Reuters) - Neopost a confirmé ses objectifs annuels lundi après avoir fait état d'un chiffre d'affaires stable au titre de son troisième trimestre clos fin octobre.

Le numéro un européen des équipements et services de traitement du courrier a confirmé dans un communiqué viser pour l'exercice une croissance d'au moins 5% de son chiffre d'affaires hors effets de change. Sur cette base, elle s'élève déjà à 5,9% sur les neuf premiers mois de l'année (+4,2% au T3).

Le groupe réaffirme également tabler sur une marge opérationnelle courante hors charges liées aux acquisitions supérieure à 25% pour Neopost Integrated Operations et supérieure à 12% pour CSS Dedicated Units.

Confronté au déclin du courrier papier et à l'essor des solutions électroniques de communication, Neopost s'est engagé en 2012 dans une diversification vers des métiers à plus forte croissance, notamment grâce à plusieurs acquisitions.

Durant la période août-octobre, le groupe a vu ses ventes reculer de 0,1% à 261,3 millions d'euros.

La principale division de Neopost, Mail Solutions, enregistre un chiffre d'affaires en baisse de 3,5% à 216,1 millions.

L'activité Communication & Shipping Solutions, qui regroupe des activités liées à la qualité des données, les solutions de gestion de communication clients, logistiques et de finition de documents, a en revanche enregistré une croissance des ventes de 20,1% à 45,2 millions d'euros.

Le chiffre d'affaires consolidé recule de 0,6% en Amérique du Nord mais s'inscrit en hausse, de 0,8%, en Europe, en dépit d'un contexte jugé "difficile."

L'action Neopost a clôturé en hausse de 1,83% à 58,54 euros à la Bourse de Paris avant la publication de ces chiffres. Depuis le 1er janvier, elle gagne 46,35%, faisant ressortir une capitalisation de quelque deux milliards d'euros. (Matthias Blamont, édité par Jean-Michel Bélot)