Solocal abaisse ses objectifs financiers pour 2013

mercredi 13 novembre 2013 08h12
 

PARIS, 13 novembre (Reuters) - Solocal a annoncé mercredi abaisser ses prévisions de résultats pour 2013 après avoir enregistré un recul de son chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de l'année, qu'il impute à un environnement de marché dégradé.

L'éditeur d'annuaires imprimés et en ligne prévoit désormais pour l'exercice en cours un chiffre d'affaires autour d'un milliard d'euros et une marge brute opérationnelle aux environs de 420 millions.

Le groupe visait précédemment un recul de 3% à 5% de son chiffre d'affaires par rapport aux revenus générés en 2012 (1,066 milliard d'euros) et une marge brute opérationnelle comprise entre 425 et 445 millions.

Sur les neuf premiers mois de 2013, Solocal a vu son chiffre d'affaires reculer de 6,3% pour atteindre 749,4 millions, plombé une fois encore par le déclin de ses activités d'annuaires imprimés dont les revenus chutent de 17,1% sur la période.

Les activités internet, censées constituer le nouveau relais de croissance de la société, n'ont progressé que de 1,7% dans le même temps malgré la hausse toujours soutenue de l'audience des sites internet du groupe.

Face à un marché publicitaire qu'il juge toujours dégradé, Solocal dit vouloir accélérer la mise en oeuvre de son plan Digital destiné à accompagner la mutation de la société vers le numérique en vue de renouer avec la croissance en 2015.

"L'une de nos priorités est à la fois de poursuivre la croissance très dynamique de notre trafic, et de mieux monétiser et valoriser nos audiences digitales, un des enjeux de Digital 2015", explique le directeur général Jean-Pierre Remy dans un communiqué.

Pour 2014, le groupe table sur un recul compris entre 3% et 6% de son chiffre d'affaires et sur une baisse brute opérationnelle comprise entre 355 et 375 millions.

Le groupe, dont le montant élevé de la dette fait craindre à certains analystes qu'il ne soit plus en mesure de satisfaire ses covenants bancaires, précise disposer "d'une marge de 6% sur son covenant de levier financier".   Suite...