7 novembre 2013 / 23:29 / dans 4 ans

LEAD 1-Telecom Italia quitte l'Argentine et lance un emprunt

* La nouvelle direction veut renforcer le bilan

* Plan d‘investissement en Italie et en Brésil

* Emission d‘obligations convertibles pour 1,3 md d‘euros

* Telefonica, premier actionnaire, donne son aval

par Danilo Masoni et Leila Abboud

MILAN, 7 novembre (Reuters) - Telecom Italia a annoncé jeudi des cessions d‘actifs et une émission d‘obligations convertibles dont il espère tirer quelque quatre milliards d‘euros pour améliorer sa situation financière et investir en Italie et au Brésil, ses deux principaux marchés.

L‘opérateur télécoms italien, en plein virage stratégique sous l‘impulsion de son nouvel administrateur délégué Marco Patuano, a révélé avoir reçu une offre non sollicitée pour sa participation de 22,7% dans Telecom Argentina, dont il a décidé de se défaire.

Cette vente et d‘autres cessions d‘actifs de moindre importance devraient rapporter plus de deux milliards d‘euros.

Ces annonces constituent un tournant pour l‘ex-monopole et révèlent l‘influence nouvelle de son principal actionnaire, l‘espagnol Telefonica, qui est en train de se renforcer dans sa holding de contrôle.

La stratégie de Marco Patuano, avec la bénédiction de Telefonica, vise tout à la fois à réduire son endettement et à investir dans le réseau en Italie.

Les cessions d‘actifs ont aussi pour but d‘éviter de nouveaux abaissements de sa note de crédit qui lui coûteraient cher dans la mesure où une part importante de sa dette arrive à échéance l‘an prochain. Moody’s a déjà déclassé la dette de Telecom Italia en catégorie spéculative et Fitch et Standard & Poor’s en sont tout près.

TIM BRAZIL, ACTIF STRATÉGIQUE

Le plan stratégique met aussi l‘accent sur le Brésil, d‘où selon certaines sources Telecom Italia pourrait se désengager au deuxième semestre 2014. Tim Brazil, la filiale de Telecom Italia, est le deuxième opérateur mobile du Brésil derrière la filiale de Telefonica.

Marco Patuano n‘a pas exclu de vendre mais a assuré que le Brésil était important pour le groupe, à preuve les 11 milliards de réais (3,5 milliards d‘euros) d‘investissements qui y seront consacrés d‘ici 2016 pour moderniser les réseaux de Tim.

“Le Brésil est un actif stratégique. On ne peut jamais dire jamais. Il y a un prix pour tout, mais le prix d‘un actif stratégique doit être un prix suffisant pour nous convaincre, le conseil d‘administration et moi, de modifier la stratégie qui nous fait dire aujourd‘hui que le Brésil est une composante importante”, a-t-il déclaré.

En Italie, Telecom Italia prévoit pour neuf milliards d‘euros d‘investissements entre 2014 et 2016, entre autres dans la téléphonie mobile de quatrième génération.

L‘émission d‘obligations convertibles, d‘un montant de 1,3 milliard d‘euros, évite au groupe une augmentation de capital qui aurait pu peser sur son cours de Bourse.

Le livre d‘ordre pour ces obligations à échéance de novembre 2016, convertibles en actions ordinaires et préférentielles, sera clos vendredi et le coupon devrait être de l‘ordre de 5,75%-6,5%, a précisé le groupe.

Une source proche du dossier a indiqué que Telefonica souscrirait à l‘opération.

Telecom Italia n‘a rien dit en revanche de sa politique de dividende.

AVERTISSEMENT SUR RÉSULTATS

L‘opérateur historique a réitéré ses objectifs financiers pour 2013 mais en ajoutant que “les résultats effectifs pourraient diverger, même significativement, par rapport à ceux prévus pour l‘ensemble de 2013.”

Sur les neuf premiers mois de l‘exercice, le chiffre d‘affaires a diminué de 7,6% à 20,38 milliards d‘euros et l‘excédent brut d‘exploitation (Ebitda) a baissé de 10,5% à 7,93 milliards, en raison de la faiblesse du marché italien.

Ces chiffres sont à peu près conformes aux attentes du marché.

L‘endettement net de Telecom Italia s‘élevait à 28,23 milliards d‘euros à la fin septembre, un montant là aussi proche des estimations des analystes.

A la Bourse de Milan, l‘action Telecom Italia a clôturé en baisse de 4,3% à 0,72 euro jeudi avant ces annonces. Depuis le début de l‘année, elle affiche une hausse de 5,4%, bien inférieure à la progression de près de 30% de l‘indice sectoriel européen des télécoms. (Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below