Wall Street à l'heure de la Fed, de Facebook et d'Apple

dimanche 27 octobre 2013 14h35
 

par Julia Edwards

NEW YORK, 27 octobre (Reuters) - La réunion que tiendra la Réserve fédérale la semaine prochaine ne sera peut-être pas autant suivie que celle de septembre mais le statu quo général qu'elle a observé à l'occasion de cette dernière fournit un bon soutien pour des valeurs telles qu'Apple et Facebook.

Quelque 24% des sociétés de l'indice S&P-500 publieront leurs comptes la semaine prochaine et parmi elles des poids lourds tels que General Motors et Visa.

Mais Apple, qui annoncera ses résultats lundi, et Facebook, qui fera de même mercredi, seront sans doute les plus surveillées.

Près de la moitié des sociétés du S&P-500 ont déjà publié leurs résultats trimestriels et 69% ont battu le consensus. Dans le compartement des valeurs high tech, cette proportion grimpe à 84%. Ainsi, Microsoft et Amazon.com ont permis au S&P-500 d'inscrire un nouveau record de 1.759,79 vendredi.

Des sociétés déjà dotées de PER élevés, comme Facebook, devront dépasser les attentes pour que les investisseurs continuent d'acheter.

"La marge d'erreur est mince surtout pour ces grands noms pleins d'élan. Il faut battre le consensus de façon nette", observe Daniel Morgan (Synovus Trust Company).

C'est là que la Fed intervient. Certaines des valeurs les plus risquées ou généreuses en dividendes avaient rétrogradé cet été, anticipant que la Fed commencerait à réduire ses rachats obligataires mensuels à partir de septembre.

Mais elle n'en a rien fait et depuis lors, il n'y a plus eu d'obstacles sur la route de la Bourse à l'exception du "shutdown" de deux semaines des administrations fédérales qui, pour autant, est bien loin d'avoir eu des conséquences catastrophiques pour les actions.   Suite...