ECLAIRAGE-La zone euro prise au piège de la vigueur de sa devise

lundi 28 octobre 2013 08h00
 

(Répétition sans changement de l'éclairage transmis vendredi)

* Les entreprises pénalisées par la vigueur de l'euro

* Un frein à l'export, risques de pressions déflationnistes

* La BCE attentive

PARIS, 25 octobre (Reuters) - Les sacrifices des Européens pour sauver la réalisation la plus aboutie de leur projet commun menacent de se retourner contre eux : la vigueur persistante de l'euro pénalise leurs entreprises et encourage les pressions déflationnistes au sein du bloc monétaire.

L'euro s'est apprécié de près de 15% face au dollar depuis que la Banque centrale européenne, au plus fort de la crise des dettes souveraines, s'est engagée à tout faire pour sauver la monnaie unique. Il franchit la barre de 1,38 dollar, niveau oublié depuis l'automne 2011 mais encore loin du record historique à près de 1,60 dollar atteint en juillet 2008.

En pleine saison des résultats trimestriels d'entreprises, la liste ne cesse de s'allonger des grands groupes européens, tous secteurs confondus, imputant notamment à la vigueur de l'euro des performances inférieures aux attentes voire des abaissements de perspectives annuelles.

Unilever , Philips, le brasseur SABMiller, les constructeurs automobiles comme Renault , le spécialiste des matériaux de construction Saint-Gobain ou celui des équipements électriques Schneider Electric ont ainsi été impactés négativement par des effets de change, qu'il s'agisse du dollar ou du plongeon de certaines devises émergentes.

  Suite...