LEAD 1-Bourse-Faurecia baisse après des ventes décevantes au T3

mercredi 23 octobre 2013 09h40
 

* Quasi-stagnation de son chiffre d'affaires au T3

* Le titre perd 4,5% (Actualisé avec commentaires)

PARIS, 23 octobre (Reuters) - L'action Faurecia signe mercredi matin à la Bourse de Paris l'une des plus fortes baisses de l'indice SBF 120, l'équipementier automobile ayant publié la veille une activité jugée décevante au troisième trimestre.

A 9h33, le titre lâche 4,51% à 22 euros dans des volumes représentant déjà pratiquement l'équivalent (97%) de ceux réalisés en moyenne durant une séance complète au cours des trois derniers mois sur NYSE Euronext. Au même instant, l'indice SBF 120 recule de 0,53% dans des volumes représentant 13% de leur moyenne quotidienne habituelle.

Le groupe détenu à 57,4% par PSA Peugeot Citroën a fait état mardi d'une quasi-stagnation de son chiffre d'affaires au troisième trimestre (+0,8% en données publiées), des variations de changes négatives ayant pesé sur l'activité de la période. (voir )

"Les ventes du troisième trimestre sont décevantes", commente un trader en poste à Paris soulignant également la prudence du management de l'équipementier sur les tendances en Europe.

Michel Favre, directeur financier du groupe, a indiqué qu'en Europe la production automobile s'était stabilisée à un niveau très bas et ne devrait progresser que très légèrement au quatrième trimestre puis continuer à croître faiblement en 2014, compte tenu de la modeste croissance économique attendue dans la région.

"Les ventes du troisième trimestre et la conférence téléphonique n'ont pas changé notre opinion selon laquelle Faurecia doit afficher une amélioration significative de la profitabilité au cours des prochains trimestres, en particulier en Amérique du Nord, pour réaliser un redressement essentiel", souligne dans une note Société générale.

Faurecia, qui jouissait d'une très forte croissance en Amérique du Nord depuis 2009, a sous-performé le marché dans cette région avec une baisse de 5,3% de ses ventes de produits à données comparables alors que la production a augmenté dans l'intervalle de 6%. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)