LEAD 2-STMicro-Le ralentissement dans le mobile a pesé au T3

mercredi 23 octobre 2013 00h36
 

PARIS, 23 octobre (Reuters) - STMicroelectronics a fait état mardi d'une perte d'exploitation de 66 millions de dollars en normes GAAP au troisième trimestre, qu'il impute à une baisse de la demande de des fabricants asiatiques de téléphones mobiles dans un contexte de forte concurrence.

Dans un communiqué publié après la clôture de la Bourse de New York, la société a également fait part d'un chiffre d'affaires net à 2,013 milliards de dollars et d'une marge brute en baisse de 32,4% contre, respectivement, 2,166 milliards et 34,8% un an auparavant.

Le marché attendait un chiffre d'affaires de 2,07 milliards de dollars, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S basé sur les estimations de 9 analystes.

Le leader européen des semiconducteurs avait dit tabler pour son troisième trimestre sur un chiffre d'affaires stable par rapport au deuxième trimestre (2,045 milliards), à plus ou moins trois points et demi de pourcentage près. Il prévoyait également une marge brute aux environs de 33,5%, à plus ou moins deux points de pourcentage près.

"Pour le quatrième trimestre 2013, la Société table sur une stabilité du chiffre d'affaires par rapport au troisième trimestre, à plus ou moins trois points et demi de pourcentage près. La marge brute devrait s'établir à environ 33,0%, à plus ou moins deux points de pourcentage près", dit STMicro dans un communiqué.

STMicro, qui a doublé sa perte au deuxième trimestre, avait dit fin juillet qu'il espérait renouer avec les bénéfices cette année au cours du quatrième trimestre et qu'il visait l'équilibre pour le troisième. (voir et )

Sur le trimestre, STMicro a notamment souffert des difficultés de plusieurs fabricants de téléphones portables comme Blackberry qui a dit à l'été étudier plusieurs options stratégiques dont une vente de ses activités ou encore Nokia, acculé à vendre son activité mobile à Microsoft. Le mobile représente encore un quart de l'activité de la société, selon des estimations d'analystes.

"La croissance a été plus faible que prévu en raison d'une atténuation des prises de commandes pendant le troisième trimestre, liée à une faiblesse du marché des smartphones et du marché de masse, y compris les décodeurs numériques pour télévision par câble dans certains pays", a déclaré le PDG Carlo Bozotti.

Le démantèlement de ST-Ericsson, sa coentreprise dans le mobile avec l'équipementier télécoms suédois Ericsson , a également pesé sur ses chiffres du trimestre, même s'il a eu des coûts de sortie inférieurs aux prévisions et un impact social minimisé. (Gwénaëlle Barzic et Nicolas Delame)