CO2-Les constructeurs français font cause commune avec Berlin

vendredi 27 septembre 2013 13h43
 

BRUXELLES/PARIS, 27 septembre (Reuters) - Les constructeurs automobiles français apportent leur soutien à l'Allemagne pour réclamer un report de quatre ans des nouvelles règles européennes d'émission de CO2, a-t-on appris vendredi de sources gouvernementale et diplomatique.

L'union européenne a trouvé fin juin un accord sur les modalités d'application de ces règles prévoyant de ramener à 95 grammes par kilomètre les émissions moyennes des voitures neuves d'ici 2020, l'objectif actuel étant de ramener celles-ci à 130 grammes à l'horizon 2015.

Quelques jours plus tard, l'Allemagne a obtenu la suspension du vote de cet accord, qui avait le soutien de la plupart des Etats membres mais pas de Berlin au motif que les conséquences seraient trop lourdes pour les grandes voitures haut de gamme, spécialité des constructeurs allemands.

Selon une proposition que des diplomates allemands ont fait circuler et dont Reuters a pris connaissance, Berlin veut atténuer la portée de la directive en y introduisant une période de transition.

Renault et PSA Peugeot Citroën se sont démarqués de Paris pour se ranger aux côtés de leurs partenaires industriels allemands Daimler, BMW et Opel (groupe General Motors ), ont dit les sources.

"Nous avons appris cette position industrielle commune la semaine dernière", a dit une source gouvernementale française, ajoutant que l'Allemagne pourra s'en targuer pour appuyer sa demande.

Renault, PSA et le Comité des constructeurs français d'automobile (CCFA) se sont refusés à tout commentaire.

Les objectifs 2015 et 2020 d'émissions de CO2 représentent respectivement une réduction de 18% et 40% par rapport aux émissions moyennes de 2007, qui étaient de 158,7 grammes par km. L'objectif 2020 équivaut à ramener la consommation moyenne des voitures autour de 4 litres au 100.

Les constructeurs allemands se situent dans le haut du classement des plus gros émetteurs de CO2, avec une moyenne de 147 g/km en 2011 selon le Conseil international pour un transport propre (ICCT).

La moyenne en Europe est actuellement d'environ 128 grammes, tirée par la performance environnementale de Renault, PSA Peugeot Citroën, Fiat et Toyota. (Barbara Lewis à Bruxelles, Laurence Frost à Paris, avec Gilles Guillaume et Dominique Rodriguez, édité par Jean-Michel Belot)