Bourse-Court et moyen-courrier, Aeroflot plombent Air France-KLM

vendredi 28 juin 2013 11h57
 

PARIS, 28 juin (Reuters) - L'action Air France-KLM pâtit vendredi matin de différentes informations de presse évoquant le départ envisagé par Aeroflot de l'alliance commerciale SkyTeam ainsi que les difficultés de l'activité court et moyen-courrier qui devraient encore peser sur les résultats d'Air France.

A 11h47, le titre perd 4,29% à 6,788 euros, la valeur accusant ainsi la plus forte baisse du SBF 120 (-0,22%) et l'une des plus fortes de l'indice Stoxx du secteur européen des transports (-0,25%).

"De nouvelles mesures devraient être annoncées à la rentrée pour tenter de redresser la branche court et moyen-courrier du transporteur, selon latribune.fr, qui explique que la situation de la branche ne s'est pas améliorée", explique un analyste en poste à Paris.

"En plus la compagnie russe Aeroflot serait mécontente de son traitement au sein de Skyteam et aurait menacé de se tourner vers Star Alliance", ajoute-t-il.

Selon le journal Kommersant, Aeroflot envisage de quitter l'alliance commerciale SkyTeam, dont Air France-KLM et Delta Air Lines sont les chefs de file, la compagnie russe étant mécontente du développement de ses routes aux Etats-Unis, où Delta Air Lines pratique des prix élevés.

De son côté, le site d'informations économiques latribune.fr a rapporté que le court et moyen-courrier d'Air France va une nouvelle fois peser fortement sur les comptes du deuxième trimestre du groupe qui seront présentés le 27 juillet.

"Des mesures complémentaires au plan de restructuration Transform 2015 seront prises à la rentrée. Malgré les mesures déjà prises, les coûts d'Air France sont encore trop élevés par rapport à la concurrence", a écrit latribune.fr sans citer ses sources.

Joint par Reuters, Air France-KLM a rappelé qu'un point sur le déroulement du plan Transform 2015 est prévu avec les syndicats d'Air France au second semestre 2013.

"Si le plan de marche est globalement respecté, le redressement des activités moyen-courrier et cargo est ralenti, notamment par une conjoncture économique difficile en Europe", a indiqué par email une porte-parole du groupe à Reuters. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)