Nike-Bénéfice en hausse, avec les commandes nord-américaines

vendredi 28 juin 2013 00h53
 

28 juin (Reuters) - Nike a publié un bénéfice trimestriel en hausse jeudi et fait état d'une augmentation de ces commandes de chaussures et de vêtements, notamment en Amérique du Nord.

L'action gagne 3,2% dans les transactions après-Bourse.

Les commandes de vêtements et de chaussures Nike pour livraison entre juin et novembre 2013, un indicateur de la demande appelé "commandes futures", ont augmenté de 8% au total.

Ces commandes ont progressé de 12% en Amérique du Nord - qui est de loin de plus gros marché de Nike - calmant les craintes à Wall Street que le groupe n'arrive pas à maintenir le rythme de croissance de ses ventes des trimestres précédents.

Toutefois, en Chine, hors effets des variations de change, les commandes ont stagné, une déception après le rebond du trimestre précédent. La Chine représente environ 11% des ventes de la marque Nike. Le groupe est confronté à un excès de stocks et une concurrence acharnée sur les prix dans le pays.

"Le redressement exige de la discipline et de la patience. La course en Chine est un marathon, pas un sprint", a déclaré le directeur général de Nike Mark Parker à des investisseurs.

Hors variations de change, le chiffre d'affaires a été stable en Europe de l'Ouest et en hausse en Europe de l'Est et au Japon.

Pour le trimestre à fin mai, la société a réalisé un bénéfice de 668 millions de dollars (512,5 millions d'euros), soit 76 cents par action, contre 549 millions de dollars, soit 60 cents par action, un an auparavant. Le bénéfice est supérieur de deux cents par action au consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

La marge brute de Nike a augmenté de 1,1 point de pourcentage à 43,9%, en hausse pour le deuxième trimestre d'affilée après deux années de baisse, soutenue par de récentes hausses de prix, ainsi que par une baisse des prix du coton.

Son chiffre d'affaires a progressé de 7,4% à 6,7 milliards de dollars, légèrement au-dessus des attentes. (Phil Wahba, Juliette Rouillon pour le service français)