LEAD 1-La CDC signe sa seconde perte depuis le début de la crise

jeudi 4 avril 2013 15h03
 

* Perte nette de 458 millions d'euros en 2012

* Plus de E2 mds de dépréciations sur Dexia, France Télécom et Veolia-Transdev

* Le risque de la CNP sur Chypre est "cantonné"-DG (Actualisé avec conférence de presse)

par Matthieu Protard

PARIS, 4 avril (Reuters) - La Caisse des dépôts (CDC) a vu ses comptes basculer dans le rouge en 2012, accusant ainsi sa seconde perte annuelle depuis le début de la crise financière et économique en raison de lourdes dépréciations dans son portefeuille de participations.

L'institution financière publique, présentée comme le bras financier de l'Etat français, a expliqué jeudi avoir passé pour 2 milliards d'euros de dépréciations en 2012, dont un milliard sur France Télécom, 453 millions sur la banque Dexia et environ 200 millions sur Veolia-Transdev.

Le Fonds stratégique d'investissement (FSI), dont la CDC détient 51% du capital, avait déjà indiqué début mars avoir passé une dépréciation de plus de deux milliards d'euros sur sa part de 13,67% dans France Télécom pour tenir compte de la forte chute du titre de l'opérateur télécoms à la Bourse de Paris. (voir )

La perte nette de la Caisse des dépôts ressort à 458 millions d'euros en 2012 contre un bénéfice de 206 millions un an plus tôt. Sa précédente perte, de près de 1,5 milliard d'euros, remonte à 2008, année au cours de laquelle la CDC avait participé au premier sauvetage de Dexia.

"Le dossier Dexia aura lourdement affecté l'activité et les résultats du groupe Caisse des dépôts ces dernières années", a commenté Jean-Pierre Jouyet, son directeur général, lors d'une conférence de presse.   Suite...