25 mars 2013 / 15:14 / dans 4 ans

France-ABC Arbitrage envisage de délocaliser certaines activités

PARIS, 25 mars (Reuters) - La société de gestion alternative ABC Arbitrage a annoncé lundi réfléchir à une délocalisation d‘une partie de ses activités face à un environnement fiscal jugé trop lourd en France.

“Notre conseil d‘administration et nos actionnaires nous poussent à réfléchir à des solutions alternatives pour faire face au poids de la fiscalité”, a déclaré le PDG de la société Dominique Ceolin lors d‘une conférence de presse consacrée aux résultats 2012.

“Il est probable d‘envisager une délocalisation non pas du siège social, mais des équipes qui passent les ordres”, a-t-il précisé, évoquant notamment l‘Irlande où le groupe, qui emploie 80 personnes, est déjà implanté.

Le dirigeant met en avant le poids de la fiscalité sur l‘industrie financière en France, avec notamment la taxe de 3% sur les dividendes et l‘instauration en août 2012 de la taxe sur les transactions financières.

Cette taxe instaure un prélèvement de 0,2% sur chaque achat d‘action française concernant des sociétés de plus d‘un milliard d‘euros de capitalisation.

Pour ABC Arbitrage, la taxe sur les transactions financières a représenté un manque à gagner de près d‘un million d‘euros en 2012.

“Il ne s‘agit pas d‘optimisation fiscale, mais bien de protéger notre activité”, a déclaré Dominique Ceolin, ajoutant que la société se posait également des questions sur sa cotation en France.

Une décision sur une éventuelle délocalisation sera prise en 2013, a affirmé le PDG du spécialiste de la conception de stratégies d‘arbitrages sur les marchés financiers en marge de la conférence.

Le dirigeant attend encore des précisions sur les modalités d‘application de la taxe sur les transactions financières au niveau européen.

Le mois dernier, la Commission européenne a proposé la mise en place du “principe de résidence” et du “principe du lieu d‘émission”, deux dispositions qui, si elles étaient adoptées, rendraient de fait moins intéressants d‘éventuels projets de délocalisations. (voir )

Le projet concerne onze pays de l‘Union européenne, dont la France. Le Royaume-Uni, la Suisse, l‘Irlande ou encore le Luxembourg ont refusé l‘application de la taxe sur les transactions financières.

En 2012, ABC Arbitrage a enregistré un résultat net part du groupe de 24,3 millions d‘euros, en baisse de 29%, grevé par des conditions de marché difficiles avec une baisse de la volatilité, des volumes et des opérations sur capital.

“Ces performances sont solides mais en dessous de nos ambitions”, a reconnu le PDG Dominique Ceolin.

Dans le cadre de son projet Ambitions à horizon 2015, la société de gestion visait un bénéfice net de 50 millions d‘euros en 2012.

Pour 2013, le groupe a indiqué ne pas vouloir abandonner son objectif d‘un résultat net de 60 millions d‘euros, mais a prévenu qu‘il ne serait pas en mesure de le réaliser si les conditions de marché restaient défavorables.

En Bourse, le titre ABC Arbitrage reculait de 2,45% à 5,18 euros vers 15h25 quand l‘indice des petites et moyennes capitalisations progressait de 0,13%.

Depuis le début de l‘année, la valeur a perdu 10,4%, faisant ressortir une capitalisation boursière de 270,4 millions d‘euros.

Le communiqué sur les résultats d‘ABC Arbitrage :

link.reuters.com/pun86t (Blandine Hénault, édité par)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below