ABB veut réduire ses coûts faute de croissance forte

jeudi 14 février 2013 07h23
 

ZURICH, 14 février (Reuters) - ABB a annoncé jeudi donner la priorité à la maîtrise de ses coûts pour compenser les incertitudes à court terme sur la croissance en Europe et aux Etats-Unis, après des résultats et des commandes meilleurs qu'attendu au quatrième trimestre.

Le groupe suisse, numéro un mondial des moteurs industriels et des réseaux électriques, est confronté au report par un grand nombre de clients de nombreux projets d'investissement, une tendance qui affecte aussi ses grands concurrents, comme l'allemand Siemens.

"Pour le court terme, il y a encore beaucoup d'interrogations sur le rythme de croissance en Europe et aux Etats-Unis et sur le calendrier du rebond en Chine", a déclaré le directeur général d'ABB Joe Hogan, dans un communiqué.

Le mois dernier, Siemens a expliqué ne pas s'attendre à une croissance soutenue cette année en raison du ralentissement de la croissance chinoise et de la récession dans la zone euro. (voir: )

ABB, qui fournit aussi des composants au secteur du pétrole et du gaz, dit s'attendre à ce que la croissance de la production industrielle et l'investissement public soient les principaux moteurs de la demande en 2013.

Au quatrième trimestre, ses prises de commandes ont augmenté de 4% à 10,5 milliards de dollars (7,8 milliards d'euros), grâce entre autres à un bond de 41% des commandes en provenance du continent américain, qui a compensé une chute de 25% en Asie.

Les analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne des commandes de 9,8 milliards de dollars.

Le bénéfice net trimestriel a reculé de 27% à 604 millions de dollars, grevé par une charge de 350 millions annoncée en décembre et liée à la restructuration de ses activités de systèmes d'énergie. Le consensus Reuters donnait un bénéfice de 532 millions.

Le groupe vise des réductions de coûts et des gains de productivité équivalent à 3% à 5% de ses coûts chaque année.

Il propose un dividende de 0,68 franc suisse par action, contre 0,65 l'an dernier.

* Le communiqué de résultats (en anglais): link.reuters.com/jub95t (Caroline Copley, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)