Bourse-Derichebourg en baisse, le T1 déçoit

mardi 12 février 2013 11h55
 

PARIS, 12 février (Reuters) - L'action Derichebourg signe l'une des plus fortes baisses des valeurs moyennes de la Bourse de Paris dans des volumes étoffés mardi matin, la publication du groupe de services à l'environnement pour son premier trimestre fiscal décevant les investisseurs.

A 11h50, le titre perd 6,2% à 3,399 euros dans des volumes représentant 1,7 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois, contre un gain de 0,2% pour l'indice CAC Mid & Small au même moment.

Le groupe a enregistré une hausse de 3,7% de son chiffre d'affaires, à 835,5 million d'euros, pour son premier trimestre 2012-2013, pour un résultat avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (Ebitda) de 36 millions d'euros, l'activité dans les services Aéroportuaires (+11,5%) et aux Entreprises (+10,1%) compensant le repli dans l'Environnement (-0,3%).

Le communiqué ne donne pas l'Ebitda 2012 retraité, mais hors holding, l'Ebitda 2013 ressort à 38,7 millions d'euros, contre 43,5 millions d'euros pour l'Ebitda 2012 publié, souligne dans une étude Gilbert Dupont, qui recommande d'"alléger" le titre.

"On notera qu'à ce stade de l'année, le niveau de marge atteint est inférieur à notre attente annuelle dans l'Environnement (5,6%), l'Aéroportuaires (10,8%), et les Multiservices (4,0%)", ajoute l'intermédiaire.

Le groupe prévoit une progression de l'activité des deux pôles services aux Entreprises et services Aéroportuaires pour l'ensemble de l'année et dit mettre en oeuvre des plans d'action afin d'adapter les services à l'Environnement au niveau de l'activité observée et d'améliorer sa performance commerciale.

Société générale, qui a abaissé sa recommandation sur la valeur d'acheter à conserver, vise un objectif de cours de 4,0 euros, l'absence d'information concernant la cession envisagée de l'Aéroportuaire, l'environnement économique dégradé et la faible rentabilité actuelle de l'Environnement empêchant le broker de valoriser la valeur de façon plus optimiste.

"Selon nous, la forte hausse du cours de Bourse depuis deux mois a épuisé son potentiel d'appréciation", estime SocGen.

Entre le 5 décembre et le 29 janvier, le titre a bondi de 84%. Sur la période 2010-2012, il a toutefois fondu de 40%.   Suite...