8 février 2013 / 08:48 / il y a 5 ans

LEAD 1-Bourse-PSA se retourne, la trésorerie préservée

* Le titre gagne près de 2% après avoir perdu plus de 5% à l‘ouverture

* Les dépréciations n‘affecteront pas les liquidités de PSA-analystes

* L‘Etat pourrait participer à une augmentation de capital-presse (Actualisé avec commentaires de marché et précisions)

par Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS, 8 février (Reuters) - L‘action PSA s‘est retournée à la hausse quelques minutes après l‘ouverture de la Bourse de Paris vendredi matin, les analystes soulignant que les 4,13 milliards d‘euros de dépréciations annoncées la veille au soir par le constructeur n‘affecteront pas la trésorerie du groupe.

A 9h45, le titre progresse de 1,94% à 5,987 euros après avoir perdu jusqu‘à 5,2% dans les premiers échanges. Au même moment, l‘indice SBF 120 avance de 0,58%.

“Ce n‘est pas vraiment inquiétant dans la mesure où cette mesure ne pèse pas sur les liquidités du groupe. Or la trésorerie, c‘est le coeur du problème chez PSA”, explique un analyste spécialisé dans le secteur automobile.

“Les commentaires de PSA sont positifs sur la génération de cash flow, le directeur financier ayant confirmé (lors d‘une conférence analystes, NDLR) les objectifs d‘une dette nette de 3 mds d‘euros pour 2012 et d‘une diminution de moitié de la diminution des Free cash flows entre 2013 et 2012”, ajoute un vendeur actions en poste à Paris.

Le détail des dépréciations fait apparaître 3,89 milliards d‘euros d‘ajustements entre la valorisation économique des actifs de la division automobile du groupe et les capitaux propres inscrits au bilan - 14,6 milliards d‘euros au 30 juin selon des données Thomson Reuters I/B/E/S. (voir )

UNE ENTRÉÉ DE L‘ETAT EST “POSSIBLE”

A ce montant s‘ajoutent 243 millions d‘euros d‘autres nouveaux ajustements de valeurs enregistrés sur le résultat opérationnel du second semestre.

Au total, les 4,13 milliards d‘euros auront un impact d‘un montant équivalent sur le résultat net, part du groupe, de la société.

“La période moyenne d‘amortissement des actifs dépréciés est de six ans selon PSA (ce qui suggère que cela concerne davantage l‘outil de production d‘un modèle en particulier plutôt que des bâtiment ou des machines)”, indique dans une note les analystes de Société générale.

“En supposant un taux d‘amortissement linéaire, la dépréciation de 3 milliards d‘euros d‘actifs en 2012 devrait conduire à une baisse des charges d‘amortissements et de dépréciations d‘environ 500 millions d‘euros par an à partir de 2013”, ajoutent les analystes de SocGen.

Par ailleurs, selon le journal Libération, l‘Etat examine l‘éventualité d‘une entrée au capital de PSA, cette hypothèse de “dernier recours” étant étudiée au cas où le constructeur automobile en difficulté ne parviendrait pas à endiguer ses pertes.

Le ministre du Budget Jérôme Cahuzac a déclaré sur RMC Info et BFM TV qu‘il était “possible” que l‘Etat français entre au capital de PSA alors qu ele constructeur n‘a de son côté souhaité faire aucun commentaire.

A l‘automne dernier, l‘Etat a annoncé qu‘il accorderait à Banque PSA Finance, la division bancaire du groupe, une garantie allant jusqu‘à sept milliards d‘euros moyennant des contreparties, notamment en termes de gouvernance.

La capitalisation boursière de PSA s‘élève à 2,2 milliards d‘euros, en hausse de 13% depuis le 1er janvier après avoir fondu de 48% en 2012. (avec Gilles Guillaume, édité par Matthieu Protard)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below