LEAD 1-PSA-L'Etat réfléchit à une entrée au capital-Presse

vendredi 8 février 2013 07h35
 

* L'Etat pourrait participer à une augmentantion de capital - Libération

* L'Etat ne laisserait pas PSA faire faillite - Libération (Actualisé avec le "no comment" de PSA)

PARIS, 8 février (Reuters) - L'Etat examine l'éventualité d'une entrée au capital de PSA Peugeot Citroën, cette hypothèse de "dernier recours" étant étudiée au cas où le constructeur automobile en difficulté ne parviendrait pas à endiguer ses pertes, rapporte vendredi le journal Libération.

PSA a annoncé jeudi des dépréciations massives qui viendront alourdir sa perte nette 2012, le marasme du marché automobile européen l'ayant conduit à réduire de 28% la valeur comptable des usines et autres actifs de sa division auto. (voir )

"Si une augmentation de capital se révélait indispensable, l'Etat pourrait alors y participer", écrit Libération en citant une source élyséenne qui a précisé au journal qu'il reviendra à la direction du groupe de "mettre la question sur la table".

L'Etat ne laisserait pas PSA faire faillite, selon des sources gouvernementales citées par le quotidien, même si la question "n'est pas d'actualité tout de suite".

A l'automne dernier, l'Etat a annoncé qu'il accorderait à Banque PSA Finance, la division bancaire du groupe, une garantie allant jusqu'à sept milliards d'euros moyennant des contreparties, notamment en termes de gouvernance.

PSA n'a souhaité faire aucun commentaire sur l'article de Libération. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Catherine Monin)