La révolution tranquille de Fabrice Brégier à la tête d'Airbus

jeudi 13 décembre 2012 16h53
 

* Le nouveau patron d'Airbus veut multiplier les marges par 5

* Les équipes doivent gérer leurs propres objectifs - Brégier

* Airbus, comme Boeing, évolue "dans un environnement politique"

* L'exécution du programme A350, test majeur pour Brégier

par Tim Hepher et Cyril Altmeyer

PARIS, 13 décembre (Reuters) - Le patron d'Airbus Fabrice Brégier prépare une révolution tranquille au sein de son groupe sur un principe simple : il parie sur une croissance spectaculaire des bénéfices du premier avionneur mondial en laissant à ses dirigeants de la marge de manoeuvre pour diriger.

Après des années de réformes dictées par le haut pour en finir avec la mauvaise coordination qui a conduit Airbus au bord du gouffre, l'ingénieur français de 51 ans a décentralisé les pouvoirs dès son arrivée à la présidence exécutive du groupe en juin.

Fabrice Brégier avait déjà joué un rôle majeur dans le redressement d'Airbus, grand rival de l'américain Boeing, depuis sa nomination il y a six ans au poste de numéro deux de la filiale du groupe européen d'aérospatiale et de défense EADS .

Il estime désormais qu'une gestion millimétrée des programmes va l'aider à multiplier les marges d'Airbus par cinq et à suivre la forte demande des compagnies aériennes asiatiques qui tirent le marché de l'aéronautique.   Suite...