BFI-L'activité s'améliore, pas la rentabilité-Roland Berger

mardi 20 novembre 2012 14h03
 

PARIS, 20 novembre (Reuters) - Les banques de financement et d'investissement (BFI) devraient renouer avec la croissance à l'échelle mondiale cette année mais la faiblesse de leur rentabilité se traduira par de nouvelles suppressions d'emplois et une consolidation du secteur, estime Roland Berger dans une étude publiée mardi.

Les revenus des BFI devraient progresser de 10% à 250 milliards d'euros cette année (dont 60 milliards au troisième trimestre), selon les estimations du cabinet de consultants.

La rentabilité des fonds propres alloués à ces activités devrait toutefois rester faible avec un ROE moyen proche de 11%, relève Roland Berger qui ajoute que les acteurs du secteurs s'attendent à un renforcement des programmes de restructuration.

Les effectifs dans les BFI ont diminué de 15.000 depuis le milieu de l'année 2011 et 25.000 suppressions de postes supplémentaires ont été annoncés, notamment chez la banque suisse UBS, selon le cabinet.

"La vague de réductions de postes constatée dans le secteur devrait avoir un impact sur l'amélioration de la rentabilité d'ici un à deux ans".

Le rétablissement d'un environnement économique plus stable impliquera la suppression de 40.000 postes supplémentaires dans les prochaines années conduisant à une réduction de capacité de 15% à 20% dans l'industrie, selon Roland Berger.

En septembre, le cabinet estimait qu'environ 75.000 emplois allaient disparaître d'ici à 2017 dans la BFI, soit environ 15% des effectifs du secteur, estimé à environ 500.000 personnes dans le monde.

"Avec des programmes plus radicaux de restructuration et des arrêts de lignes de métiers, il restera probablement moins de 10 acteurs globaux dans les BFI à l'échelle mondiale et cinq environ survivront dans les trois à cinq ans", selon ses projections.

La plupart des destructions d'emplois interviendront dans les pays matures alors que les émergents resteront un relais de croissance et généreront plus de 30 milliards d'euros de revenus supplémentaires d'ici 2016.   Suite...