France-Marges de -1% à 6% dans la distribution agroalimentaire

mardi 13 novembre 2012 14h30
 

PARIS, 13 novembre (Reuters) - Les marges nettes de la grande distribution française ne dépassent pas 6% dans les rayons charcuterie et volailles, sont très légèrement positives (1%) dans les fruits et légumes et négatives (-1%) dans la boucherie, selon un rapport publié mardi.

L'édition 2012 de ce rapport de l'Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires intègre ainsi pour la première fois une approche analytique des charges, et donc des marges nettes, rayon par rayon, alors que seules les marges brutes étaient recensées jusqu'à présent.

Cette instance, qui a publié son premier rapport l'an dernier, a été créée en 2008 pour faire la lumière sur la répartition de la valeur ajoutée dans la filière agroalimentaire, sur fond de tensions récurrentes entre les producteurs et la grande distribution.

Ces tensions sont très liées aux évolutions des prix des marchés agricoles, notamment des céréales qui entrent dans l'alimentation animale, alors que, à l'autre bout de la chaîne, les distributeurs sont confrontés à une consommation atone du fait de la crise économique.

Les sept grandes enseignes françaises ont été interrogées pour cette étude, à savoir Auchan, Carrefour, Casino, Cora, Leclerc, Intermarché et Système U.

Pour cent euros de chiffre d'affaires, leurs achats vont de 70 euros pour la charcuterie à 75 euros pour produits laitiers, d'où une marge brute allant de 25 à 30 euros.

Les frais de personnel propre à chaque rayon s'étagent entre 10 euros (boucherie) et 4 euros (produits laitiers), les autres charges entre 16 euros (boucherie) et 19 euros (fruits et légumes).

"D'où une marge nette, ou contribution du rayon à la rentabilité du magasin, négative en boucherie et de moins de 1% (fruits et légumes) à 6%( charcuterie, volailles) du chiffre d'affaires du rayon, souligne l'Observatoire. (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)