Ageas-Résultats meilleurs que prévu grâce au Royaume-Uni

mercredi 7 novembre 2012 11h54
 

BRUXELLES, 7 novembre (Reuters) - Les résultats de l'assureur basé en Belgique Ageas ont été meilleurs que prévu au troisième trimestre 2012, soutenus par ses opérations au Royaume-Uni où le groupe développe son activité d'assurance automobile et immobilière.

Ageas est traditionnellement spécialisé dans l'assurance-vie et ces résultats confortent sa stratégie annoncée en septembre de diversification dans d'autres types d'assurance.

La société, qui est devenue le cinquième assureur non-vie au Royaume-Uni à la suite du rachat de l'activité de Groupama en septembre et qui est également le leader du secteur de l'assurance en Belgique, a annoncé un bénéfice de ses opérations d'assurance de 147,1 millions d'euros au troisième trimestre.

Ce résultat est supérieur aux 141 millions d'euros anticipés par un panel de six analystes interrogés par Reuters.

Au Royaume-Uni, son bénéfice d'assurance est ressorti à 35 millions d'euros, un chiffre meilleur que prévu (24,7 millions), la forte croissance de l'assurance automobile ayant compensé la faiblesse des primes dans l'immobilier et les voyages.

Son ratio combiné - mesure clé de la rentabilité de l'activité des assureurs, qui rapporte la somme des frais de gestion et du coût des sinistres sur le total des primes encaissées - a reculé, à 97,9% contre 100,2% pour la même période de l'an dernier. Un résultat supérieur à 100% ne permet pas de réaliser des bénéfices sur l'activité d'assurance.

D'ici 2015, la compagnie d'assurance vise à porter la part de l'assurance non-vie à 40% pour limiter l'impact de la faiblesse des taux d'intérêt et du durcissement de la réglementation.

Son bénéfice des neuf premiers mois de 2012 a été réalisé à 65% dans l'assurance-vie et 32% dans l'assurance non-vie.

Vers 10h50 GMT, le titre Ageas prenait 0,77% à 20,27 euros alors que l'indice regroupant les valeurs européennes de l'assurance avançait de 0,82%. (Ben Deighton, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)