LEAD 1-Bertelsmann et Pearson fusionnent leurs maisons d'édition

lundi 29 octobre 2012 11h15
 

(Actualisé avec précisions et citations)

LONDRES/FRANCFORT, 29 octobre (Reuters) - Le groupe britannique de médias et d'édition Pearson et l'allemand Bertelsmann ont annoncé lundi avoir signé un accord en vue de la fusion de leurs maisons d'édition respectives, Penguin et Random House, pour créer le numéro un mondial de l'édition grand public.

Cette fusion intervient dans un contexte difficile pour l'édition traditionnelle face à des mastodontes comme Amazon qui sont en position de force pour négocier les prix des livres.

"Ensemble, les deux éditeurs seront en mesure de partager la majorité de leurs coûts, d'investir d'avantage au bénéfice de leurs auteurs et lecteurs et d'être plus audacieux pour tester de nouveaux modèles dans un contexte d'évolution très rapide des livres numériques" a déclaré Marjorie Scardino, directrice générale de Pearson.

La nouvelle société commune s'appellera Penguin Random House et devrait avoir une part de marché estimée à 25% au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Bertelsmann détiendra 53% des parts et nommera cinq membres du conseil d'administration, Pearson ayant de son côté 47% du capital et quatre représentants au conseil.

L'accord devrait être finalisé au second semestre de 2013 et créera le numéro un mondial de l'édition grand public, selon les deux sociétés. Il prévoit que Pearson et Bertelsmann ne pourront se désengager de la coentreprise pendant une période de trois ans.

Cette annonce prend peut-être de court News Corp qui, selon le journal dominical Sunday Times, envisageait de faire une offre pouvant aller jusqu'au milliard de livres (1,24 milliard d'euros) sur Penguin pour contrer le projet de rapprochement avec Random House. (voir )

Depuis plusieurs années, Pearson a renforcé son pôle éducation et, avec le prochain départ à la retraite de sa patronne, les analystes s'attendent à le voir céder son quotidien emblématique, le Financial Times (voir ).

Parallèlement à l'annonce sur Penguin, Pearson a fait un point sur son activité. Le chiffre d'affaires du groupe britannique a progressé de 5% sur les neuf premiers mois de l'année mais le bénéfice opérationnel a reculé d'autant, reflétant des cessions d'actifs, des coûts liés à des acquisitions et la faiblesse de certains de ses marchés au Royaume-Uni. Il n'en a pas moins confirmé ses objectifs de croissance et de bénéfice à taux de change constants pour l'ensemble de l'exerice. (Harro ten Wolde, Juliette Rouillon et Constance de Cambiaire pour le service français, édité par Véronique Tison)