19 octobre 2012 / 10:20 / il y a 5 ans

LEAD 2-France-La décision d'une usine avec Renault pas prise-LG

* Renault évoquait en juillet un gros investissement du Coréen

* Les investisseurs attendent trop du marché du véhicule électrique-LG Chem

* Pour Renault, les négociations suivent leur cours

* Le constructeur, LG et le CEA ont signé fin septembre un accord tripartite (Actualisé avec réaction de Renault)

SEOUL/PARIS, 19 octobre (Reuters) - Le groupe sud-coréen LG Chem a déclaré vendredi qu‘il n‘avait pas encore décidé s‘il construirait ou non une usine de batteries en France avec Renault en raison de la crise en Europe et des incertitudes sur le décollage des véhicules électriques.

“Rien n‘a encore été décidé (à propos de l‘usine de batteries)”, a dit Peter Bahn-suk Kim, directeur général du spécialiste coréen des batteries au lithium-ion, à des journalistes en marge d‘une conférence. “Le marché est toujours incertain.”

Une porte-parole de Renault a déclaré que les négociations suivaient leur cours.

“La décision finale doit être prise courant 2013 à la suite d‘une évaluation technico-économique conduite conjointement, confirmant la faisabilité industrielle et économique du projet”, a-t-elle ajouté.

Le groupe au losange mise beaucoup sur les véhicules électriques qui devraient, selon lui, capter une part de marché de 10% d‘ici 2020 et où il vient encore d’élargir sa gamme avec le lancement de Zoé.

Mais certains analystes se demandent s‘il n‘est pas trop ambitieux au vu notamment de la lenteur du déploiement des infrastructures publiques de recharge.

“Les investisseurs ont placé trop d‘espoir dans le marché du véhicule électrique”, a dit le directeur général de LG Chem.

Ces propos pourraient aussi contrarier l‘espoir d‘un gros investissement créateur d‘emplois en France.

Renault a signé en juillet un protocole d‘accord avec LG prévoyant la construction en France d‘une usine de batteries de nouvelle génération pour équiper ses véhicules électriques. Selon le constructeur automobile, le site devrait aussi fabriquer sur place les électrodes, la partie la plus technologique des batteries. (voir )

La porte-parole de Renault a indiqué que l‘accord tripartite avec LG et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) en vue de l‘industrialisation de la prochaine génération de batteries électriques avait bien été signé le 26 septembre.

Selon le projet, le site pourrait produire à partir de la fin 2015 la génération actuelle de batteries et début 2017 la nouvelle génération issue du travail de développement mené par les trois partenaires.

Renault achète déjà à LG Chem des batteries de première génération pour son quadricycle Twizy et pour Zoé, mais celles-ci sont importées de Corée et assemblées dans un atelier Renault à Flins (Yvelines).

Lors de l‘officialisation de l‘abandon du projet d‘usine de batteries avec Nissan à Flins, Renault avait annoncé que le projet d‘usine avec LG Chem devait permettre de créer davantage d‘emplois que dans le premier scénario.

Le directeur général de LG Chem a indiqué par ailleurs vendredi que les premières batteries de deuxième génération de sa société équiperaient les nouveaux véhicules électriques et hybrides rechargeables de General Motors en 2015.

Renault suivra avec ses voitures électriques, a-t-il ajouté. (Hyunjoo Jin et Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below