L'action ZTE chute en vue de sa première perte trimestrielle

lundi 15 octobre 2012 09h29
 

HONG KONG, 15 octobre (Reuters) - L'action ZTE , qui réalise la moitié de son chiffre d'affaires à l'exportation, chute de plus de 15% lundi après l'annonce par l'équipementier télécoms chinois qu'il devrait essuyer la première perte trimestrielle de son histoire.

Le groupe a déclaré dimanche qu'il publierait une perte trimestrielle qui pourrait atteindre deux milliards de yuans pour le troisième trimestre et 1,75 milliard de yuans (215 millions d'euros) sur les neuf premiers mois de l'année, selon des résultats préliminaires transmis dimanche.

Les résultats définitifs seront publiés le 25 octobre.

A 7h30 GMT, le titre abandonnait 15,15% à 10,63 dollars de Hong Kong, alors que la Bourse de Hong Kong est stable.

La société évoque notamment le report de certains projets internationaux et un grand nombre de contrats à faibles marges bénéficiaires en Europe, en Asie et sur son marché intérieur.

ZTE, tout comme son concurrent Huawei, qui sont respectivement numéros cinq et deux mondiaux des équipements de télécoms, souffrent de la baisse des dépenses dans ce domaine.

Cette baisse des commandes s'ajoute à un appel lancé la semaine dernière par le Congrès américain aux entreprises du pays à ne pas traiter avec ces deux groupes chinois en raison d'un risque pour la sécurité intérieure. (voir )

ZTE a cependant annoncé aux analystes financiers qu'il prévoyait de dégager un bénéfice sur l'ensemble de l'année.

Mais certains analystes doutent de la capacité du groupe à être bénéficiaire en 2012, estimant que la situation qui prévaut actuellement devrait se prolonger jusqu'à la fin de l'année.

"Je doute fort qu'ils soient bénéficiaires sur l'ensemble de l'année. Ils devront céder des actifs pour y arriver, mais le fait est que les ventes de leurs produits phares - équipements télécoms et combinés - resteront faibles pour le restant de l'année", estime Michael Li d'Everbright Securities à Hong Kong. (Lee Chyen Yee, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)