ThyssenKrupp pourrait vendre des aciéries au Brésil, en Alabama

mardi 15 mai 2012 17h28
 

FRANCFORT, 15 mai (Reuters) - ThyssenKrupp, premier sidérurgiste allemand, pourrait vendre des aciéries, d'une valeur comptable totale de 7,0 milliards d'euros, situées à Rio de Janeiro et dans l'Etat américain de l'Alabama, jetant l'éponge face au dérapage des coûts et à des retards de développement.

Le président du directoire Heinrich Hiesinger a déclaré mardi que le groupe allait étudier les options stratégiques pour ces deux aciéries, y compris un partenariat ou une simple cession.

L'action ThyssenKrupp gagne 1,3 % à 14h47 GMT, surperformant l'indice Dax à Francfort , en recul de 0,8%.

ThyssenKrupp va proposer son usine brésilienne à son partenaire Vale, qui détient plus du quart de l'aciérie, évoquant également d'éventuels acheteurs en Asie, sans plus de précisions.

Ces usines au Brésil et dans l'Alabama devaient permettre à ThyssenKrupp de prendre pied sur le marché de l'acier du continent américain, dans une période de reprise de la construction automobile et de logements aux Etats-Unis.

Mais au début de l'an dernier, le groupe avait déjà averti que la hausse du coûts des matières premières et des problèmes environnementaux avaient alourdi de plusieurs centaines de millions d'euros les coûts de démarrage de ces aciéries.

Le dérapage de ces coûts a entraîné une perte nette de 1,8 milliard d'euros pour ThyssenKrupp l'an dernier.

Il avait aussi rendu responsable la société chinoise CITIC de problèmes dans la construction de fours à coke.

ThyssenKrupp a annoncé mardi que la perte nette opérationnelle de Steel Americas avait été ramenée à 228 millions d'euro pour le deuxième trimestre de son exercice à fin mars, contre 319 millions un an auparavant.

Le groupe a annoncé que son résultat opérationnel ajusté serait en net recul cette année en raison des pertes de Steel Americas et de la faiblesse de la demande et des prix en Europe.

(Juliette Rouillon pour le service français)