L'accord sur la dette grecque pas un problème pour les assureurs-Fitch

vendredi 9 mars 2012 19h36
 

LONDRES, 9 mars (Reuters) - L'échange de titres obligataire visant à réduire le fardeau de la dette publique grecque aura peu d'impact sur les assureurs européens dans la mesure où la plupart dont déjà déprécié leurs obligations grecques au niveau requis par l'accord, estime l'agence Fitch.

"Les assureurs européens ont en général des politiques solides en matière de dépréciation et donc déprécié la dette souveraine grecque conformément aux prix du marché", déclare l'analyste de Fitch, Federico Faccio, dans un communiqué publié vendredi.

"C'est pourquoi, il est peu probable qu'ils encourent d'autres pertes provenant de l'échange de dette, qui a été largement soutenu par le secteur", ajoute-t-il

Selon l'accord d'échange, les créanciers privés de la dette échangeront leurs obligations contre de nouveaux titres d'une valeur inférieure, portant un taux d'intérêt moindre et d'une durée plus longue, ce qui représente une baisse de 74% de la valeur de leurs investissements.

Les obligations grecques sont inscrites dans les comptes des assureurs à une valeur comprise entre 20 et 25% de leur coût historique après d'importantes dépréciations passés sur ces titres ces deux dernières années, souligne Fitch.

Axa, Allianz, Generali et Munich Ré détiennent de la dette grecque, mais leurs investissements sont faibles rapporté à l'ensemble de leur portefeuille.

"Nous estimons que le secteur dans son ensemble serait capable de s'en sortir avec une dépréciation complète de toute la dette souveraine grecque", estime Federico Faccio. (Myles Neligan, Danielle Rouquié pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)