France-CIC-Bénéfice net divisé par deux en 2011, la Grèce pèse

jeudi 23 février 2012 17h31
 

PARIS, 23 février (Reuters) - Le Crédit industriel et commercial (CIC) a rapporté jeudi un bénéfice net divisé par deux pour 2011, à la suite des dépréciations passées sur la dette publique grecque.

La filiale du Crédit mutuel indique dans un communiqué avoir déprécié à hauteur de 70% la valeur des titres de dette grecque qu'elle détient dans ses comptes.

Son résultat net comptable tombe du coup à 579 millions d'euros pour 2011 contre 1,14 milliard d'euros un an plus tôt.

Dans ses activités de marchés, le résultat avant impôt s'en trouve aussi réduit de moitié, à 126 millions d'euros.

"Le CIC a enregistré une charge nette d'impôt de 261 millions d'euros sur son portefeuille de titres souverains grecs", souligne la banque. "L'encours comptable résiduel de sa dette souveraine grecque, dépréciée à 70%, s'inscrit à 175 millions d'euros."

BNP Paribas, le Crédit agricole et la Société générale ont de leur côté porté leur taux de provisionnement à 75% sur la Grèce.

* Le POINT sur l'actualité des banques ) (Matthieu Protard, édité par Gwénaëlle Barzic)