RPT-ENCADRE-BNP Paribas poursuivra le redressement de la gestion d'actifs

mercredi 15 février 2012 15h23
 

(Répétition titre, texte sans changement)

PARIS, 15 février (Reuters) - BNP Paribas a annoncé mercredi s'attendre à une poursuite en 2012 du redressement de son activité de gestion, qui a subi l'an dernier une décollecte de 35,7 milliards d'euros en 2011, un mouvement qui touche l'ensemble de l'Europe continentale.

A fin décembre, le résultat avant impôt du pôle BNP Paribas Investment Solutions, qui inclut l'activité de gestion d'actifs, est ressorti à 1,573 milliard d'euros, en baisse de 20,6% par rapport à 2010.

Hors effet d'une dépréciation sur les titres grecs (213 millions d'euros pour la contribution des sociétés mises en équivalence dans l'assurance), la baisse du résultat imposable est limitée à 5,8%, précise le groupe dans un communiqué.

"En 2012, le pôle poursuivra le redressement de la Gestion d'actifs. Le métier a un objectif de baisse des coûts de 10% par rapport à 2011 et accélèrera le développement de produits à forte valeur ajoutée, tels que la gestion de titres de dette et d'actions des marchés émergents et la gestion alternative", indique la banque.

"De manière générale, Investment Solutions renforcera sa présence dans les marchés en forte croissance, en Asie-Pacifique (...) le pôle poursuivra les approches transversales de croissance et d'optimisation, tant entre les métiers du pôle, qu'avec Retail Banking et CIB, ainsi que par le développement de BNP Paribas Real Estate au sein du groupe", ajoute BNP Paribas.

BNP Paribas Investment Solutions a enregistré une baisse de 6,5% de ses encours l'an dernier, à 842 milliards d'euros, l'hémorragie dans la gestion d'actifs excédant largement la collecte nette de 7,6 milliards d'euros des autres activités du pôle (Banque Privée, Personal Investors ou Assurance).

La décollecte nette du pôle a ainsi atteint 27,3 milliards d'euros l'an dernier. La chute des marchés actions au deuxième semestre a fortement pesé sur la valeur des portefeuilles, l'effet de marché s'élevant à -34,6 milliards d'euros.

Entre fin juillet et fin septembre, l'indice paneuropéen Stoxx a chuté de près de 15%, pénalisé par la crise des dettes souveraines et les inquiétudes relatives au ralentissement économique mondial.   Suite...