Olympus prévoit une perte d'E311 mlns sur 2011-2012

lundi 13 février 2012 09h07
 

TOKYO, 13 février (Reuters) - Olympus, qui tente de se remettre d'un scandale comptable de près d'un milliard d'euros révélé à l'automne dernier, a annoncé lundi anticiper une perte nette annuelle de 32 milliards de yens (311 millions d'euros), en raison notamment des difficultés de sa division d'appareils photo.

Cette prévision du groupe japonais, qui fabrique également des instruments d'optique - activité beaucoup plus rentable - se compare à un bénéfice de 3,87 milliards de yens sur l'exercice 2010-2011.

Pour le troisième trimestre de 2011-2012, Olympus, qui détient une part de marché mondiale de 70% dans l'endoscopie de diagnostic, a accusé une perte de 756 millions de yens contre un bénéfice de 2,04 milliards de yens un an plus tôt.

La publication de ces résultats avait été retardée par la mise en lumière d'un scandale comptable, qui a vu le groupe affecter des sommes liées à ses acquisitions dans plusieurs fonds en vue de différer la publication de ses pertes, une pratique devenue courante après l'éclatement de la bulle financière japonaise en 1990. (voir )

A la suite de ce scandale, la valeur d'Olympus a fondu en Bourse, l'année calendaire 2011 s'étant soldée par un recul de près de 59% de l'action. Depuis le début de 2012, elle a rebondi de plus de 26%.

Cette hausse est notamment le fait de voir Olympus nouer des alliances avec des entreprises intéresséés par son activité d'endoscopie, telles que Fujifilm, Sony ou encore Samsung Electronics.

Le président d'Olympus Shuichi Takayama a dit qu'une décision sur une éventuelle alliance ne pourrait pas intervenir avant la mise en place d'une nouvelle direction dans la foulée de l'assemblée générale des actionnaires prévu le 20 avril.

Le groupe compte beaucoup sur cette AG pour commencer à tourner la page du scandale, avec au moins six des 11 membres du conseil, dont Shuichi Takayama, qui ne se représentent pas.

Michael Woodford, l'ex-directeur général d'Olympus qui a mis en lumière le scandale, prévoit d'assister à l'assemblée générale qui promet d'être houleuse. (Chris Gallagher, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Cyril Altmeyer)